AU FIL DES HOMELIES

Photos

JE SUIS SORTI DU PÈRE

1 Tm 1, 15-17 et 3, 16 ; Jn 16, 23-33

Lundi de la sixième semaine de Pâques – A

(17 mai 1993)

Homélie du Frère Jean-François NOEL

 

C

e discours des adieux terrestres du Christ met un terme à sa présence physique, corporelle parmi les hommes. Le cœur des apôtres est un mélange de tristesse et de joie un mélange d'inconnu et d'attente. Ils étaient habitués à ses apparitions qui, depuis la Pâque, venaient conforter leur cœur, les édifier comme l'assemblée, comme l'Église de Jésus. Et se fortifiait en eux le sentiment de lui appartenir, corps et âme, et de trouver, par sa présence, force à l'intérieur d'eux-mêmes, la force d'imiter quelque peu leur Maître bien-aimé.

L'Ascension semble donc être d'abord la fin de sa présence, le terme de cette période des appari­tions. Et pourtant l'Ascension n'est pas un départ, elle est le déploiement du véritable mouvement de Dieu qui ne s'est pas contenté de venir parmi les hommes pour les sauver, pour les guérir, mais qui veut aussi les élever jusqu'au cœur du Père. L'Ascension c'est, dans l'esprit de Dieu, la logique de la Pâque qui ne se contente pas de réveiller l'homme de son péché ou du mal dans lequel il est enfermé. Il ne le réveille pas seulement à une vie humaine meilleure que la précé­dente, mais Il l'élève à une vie divine. L'Ascension n'est pas un moment de départ, mais elle est, dans le grand déploiement du cœur de Dieu, la visibilité du retour du Christ qui est notre arrivée dans le cœur de Dieu.

Ainsi l'Ascension n'est pas le terme d'une pé­riode, mais nous rend visible la volonté de Dieu de nous voir auprès de Lui. Et dans cet évangile vous avez entendu, en quelque sorte, le tiraillement qui est celui du cœur du Fils qui exprime sa hâte, son désir de retourner auprès du Père et de parler plus claire­ment du Père aux hommes qu'Il aime. Les hommes ne voyant pas le Père, le Fils est obligé de leur parler du Père en figures. Et à travers ce texte, on entend le désir qui tenaille son cœur de dévoiler visiblement tout ce qu'Il sait du Père, puisqu'Il est tout le Père, puisqu'Il vient du Père.

"Je suis sorti d'auprès du Père et venu dans le monde, de nouveau Je quitte le monde, et Je vais vers le Père." Les disciples lui disent : "Voilà que mainte­nant Tu parles en clair et sans figures." Ils ont raison car Jésus signifie vraiment son origine, sa mission, son identité, mais plus encore Il signifie notre origine et notre identité qui est non pas de prendre la suite du Christ en attendant qu'Il revienne, comme faute de mieux, mais d'être investis du pouvoir de Jésus le Christ sur cette terre, car devenus "demeure de Dieu" nous continuons, nous creusons l'œuvre du Fils pour que, en ce monde, s'ouvre le Royaume nouveau qui est le lieu du retour vers le Père.

Lorsque le Christ termine son évangile en di­sant : "Dans le monde, vous aurez à souffrir, mais gardez courage car J'ai vaincu le monde !" Il signifie que nous sommes investis du même pouvoir que Lui, c'est-à-dire du pouvoir de la Passion qui est de souf­frir et donc de ressusciter, non seulement nous-mêmes mais les œuvres et le monde qui nous est confié. La souffrance n'est pas effacée de ce monde comme elle n'a pas été effacée de la vie du Christ. Et nous som­mes, à la suite du Christ, d'autres christs, futurs, po­tentiels, investis du même pouvoir que le Christ, pour qu'un jour, avec le Fils, nous voyions plus clairement, comme en plein jour, le cœur de Dieu, le cœur du Père.

Ces jours de l'Ascension à la Pentecôte don­nent à l'homme que nous sommes le pouvoir, la charge, la responsabilité de conduire le monde comme le Fils nous l'a appris. Nous ne devons pas nous ren­dre tristes, comme les apôtres pouvaient l'être au dé­part du Christ, mais prendre conscience profondément de notre charge, de notre mission, de notre responsa­bilité face à ce monde qui est de le conduire là où il doit aller, dans le cœur de Dieu. Demandons au Sei­gneur que, même si nous souffrons, nous trouvions en ce sacrement d'eucharistie le courage de reconnaître que Jésus, ayant vaincu le monde, nous pouvons, avec Lui, être victorieux du mal et de gagner ainsi la pais et la joie.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public