AU FIL DES HOMELIES

Photos

ALLER DU CHRIST AU PÈRE

1 Tm 1, 15-17, et 3, 16 ; Jn 16, 23-32

Lundi de la sixième semaine de Pâques – B

(9 mai 1994)

Homélie du Frère Jean-François NOEL

 

L

es textes de ce jour nous invitent à rendre gloire au Christ par une adoration, un hom­mage de notre être à Celui qui est à la fois homme et Dieu. Mais se "contenter" du Fils serait barrer la route à deux "désirs" de Dieu par rapport à nous.

Le premier c'est que le monde n'est pas im­mobile, que monde qu'Il nous a confié ne reste pas sur place, mais que Dieu le Père a sur lui un projet et que ce projet a été signifié par le Christ, lorsqu'Il a envoyé son Fils. L'Incarnation du Fils ce n'était pas pour ce Fils une "visite"chez les hommes, mais pour que Fils, touchant de sa grâce d'homme et de Dieu, des hom­mes de bonne volonté qui le reconnaissent comme Dieu, le monde puisse, à leur contact, être transformé et se préparer à devenir le Royaume de Dieu. Le mouvement de l'Incarnation et du retour du Christ annonce la transformation du monde dans lequel nous sommes et nous oblige ainsi à mettre notre vie, notre vie d'hommes, en contact avec cette vie du monde.

Le deuxième élément c'est que nous sommes après la Résurrection, nous sommes dans la victoire, nous chantons et signifions la gloire de Dieu présente, et pourtant nous souffrons tout autant de la présence du mal et de ses effets. Le texte d'aujourd'hui semble nous dire que le mal vient de l'absence du Père. Le Fils a remporté la victoire en descendant aux enfers et en remontant de la mort. Mais cette victoire si défini­tive qu'elle soit n'est pas complète, elle demande que le monde entier et toute l'humanité se retourne com­plètement vers Dieu, profitant ainsi de cette victoire désormais définitive et éternelle que Dieu fera retentir à la fin des temps. Si le monde souffre encore et voit se dérouler sous ses yeux le mal qui abîme et anéantit tout homme, c'est parce que le Père n'a pas été re­connu comme Père et que le mouvement du don de l'Esprit, parallèle à cette ouverture au Père, ne s'est pas encore tout à fait réalisé.

Nous allons bientôt fêter successivement l'Ascension et la Pentecôte qui nous permettront de ré-ouvrir le ciel, de reprendre ce dialogue inauguré par le Fils et de le compléter, de le continuer avec le Père. Ainsi l'inaccessible s'ouvre désormais à nos cœurs et de ce nouveau dialogue tombera le don de l'Esprit qui nous permettra d'œuvrer, comme le Fils l'avait fait, aux œuvres mêmes du Père. Tel est le "projet", apparemment compliqué à expliquer, plus trinitaire que jamais et pourtant essentiel pour donner à la Résurrection et à la vie du Fils sa tournure défini­tive. Ainsi nous ne pouvons pas nous contenter de notre adoration au Fils, adoration à Jésus-Christ, mais ce même Fils et ce même Jésus-Christ nous renvoie au Père invisible et donc à l'Esprit qui nous fait tra­vailler aux œuvres de Dieu.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2020 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public