AU FIL DES HOMELIES

Photos

PIERRE, M'AIMES-TU ?

1 Tm 6, 13-16 ; Jn 21, 15-19

Mardi de la sixième semaine du temps pascal – B

(18 mai 1982)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

C

 

ette page est peut-être l'une des plus bouleversantes de l'évangile tout entier et de la Bible tout entière. En effet, cette triple interrogation de Jésus adressée à Pierre, après sa Résurrection, fait manifestement écho au triple reniement. Parce que, par trois fois, Pierre n'avait pas aimé Jésus, par trois fois, Jésus lui demande s'il l'aime. Quand on y pense, c'est assez extraordinaire, parce que, au fond, on aurait pu s'attendre à une sorte de scène de réconciliation, dans laquelle Pierre, de lui-même, prenne l'initiative de dire au Seigneur : "Tu sais, Seigneur, ce que j'ai fait au soir de ton arrestation, je le pleure amèrement. Tu as pu voir d'ailleurs Toi-même, en sortant de chez Anne, que j'en avais un profond regret, mais je t'en demande maintenant vraiment pardon plus explicitement". Or, Pierre lui-même est comme incapable de faire cette démarche et de s'avancer vers le Seigneur en lui disant : "Seigneur je te demande pardon !"

Peut-être d'ailleurs qu'au moment où il s'était précipité de la barque lors de la pêche miraculeuse en voyant Jésus ressuscité sur le rivage, et que, à ce moment-là Pierre se cachait dans l'eau, c'était peut-être le signe de ce désir d'échapper au regard du Christ, à cause du péché qui pesait encore sur son cœur ! Or, le Christ use d'une délicatesse et d'un tact absolument prodigieux. A la fois, c'est comme si Jésus se mettait aux pieds de Pierre et lui disait : "Pierre, est-ce que tu m'aimes encore ?" Comme si le Christ Lui-même allait quêter, auprès de Pierre, un peu d'amour en lui disant : "Est-ce que tu m'aimes ?" Cela, c'est la grandeur de Dieu. La grandeur de Dieu, c'est de pouvoir venir à nos pieds en la personne de Jésus et de nous dire : "Est-ce que tu m'aimes encore ?" Et c'est d'autant plus élégant qu'en réalité le Christ connaît bien le fond du cœur de Pierre.

Il pose la question : "Pierre m'aimes-tu ?" Mais Il sait bien, qu'en réalité, si Pierre l'aime encore, car le Christ n'en doute pas, Il sait bien que l'amour qui est dans le cœur de Pierre, c'est déjà la force de la Résurrection qui agit dans le cœur de Pierre. Autrement dit, cette humilité, cette discrétion et cette délicatesse de Dieu est sans limites. Il se met à genoux devant les hommes en leur disant simplement : "Est-ce que tu veux m'aimer ? " Et par cette simple question, Il les aide à découvrir au fond de leur cœur, cet amour si défiguré, si blessé qu'il soit par notre péché, ce n'est pas nous-mêmes qui en sommes capables, mais c'est déjà la présence sécrète de la grâce, la prévenance de l'amour divin qui faisait répondre à Pierre : "Seigneur, tu sais bien que je T'aime" ! Ainsi de Dieu vis-à-vis de chacun d'entre nous. Dieu est à genoux, à nos pieds. et nous demande simplement si on l'aime. A nous, comme à Pierre d'écouter la question et de regarder au plus profond de notre cœur pour y découvrir je ne sais pas quel amour que nous nous serions fabriqués nous-mêmes et qui aurait toute la fragilité des réalités humaines, mais cette merveilleuse source de l'amour ressuscité qu'est Jésus Lui-même. Ainsi Celui qui nous interroge est le même que Celui qui aime en nous.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public