AU FIL DES HOMELIES

Photos

TOI, SUIS-MOI !

1 Tm 6, 13-16 ; Jn 21, 15-19

Mardi de la sixième semaine du temps pascal – C

(6 mai 1986)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

C

ette page d'évangile constitue la finale de l'évangile de saint Jean et c'est la manière dont saint Jean évoque le mystère de l'Ascen­sion. C'est dans cette perspective que nous les lisons aujourd'hui. Nous avons l'habitude d'entendre cette parole par rapport à la primauté de Pierre, à la mission confiée à Pierre de "paître" l'Église de Dieu, mais ce qui est important en cette veille de l'Ascension, ce sont les paroles où Jésus dit : "Quand tu étais jeune, tu mettais toi-même ta ceinture, tu allais où tu voulais, plus tard, tu étendras les mains, un autre te nouera la ceinture et te mènera où tu ne voudrais pas aller." Et un peu plus loin Jésus va marcher avec Pierre sur le bord du lac et cette marche de Jésus avec Pierre débouche comme de plain-pied dans l'éternité, comme si, l'évangile se terminant, Jésus et Pierre passaient ensemble de ce monde à l'autre. Jean, dans son évangile, ne nous raconte pas autrement le retour du Christ auprès du Père.

Et cela insiste sur un aspect fondamental du mystère de l'Ascension, c'est que Jésus retourne au­près du Père avec nous. Il entraîne l'Église dans ce mouvement qui est le sien, dans son retour auprès du Père. Il entraîne l'Église, certes, au dernier jour, "où il y aura des cieux nouveaux et une terre nouvelle" quand l'univers entier entrera dans le Royaume, Il entraîne l'Église en chacun de nous au jour de notre mort quand nous passerons effectivement de ce monde au Père, mais et c'est là-dessus que saint Jean insiste, dès maintenant la vie éternelle est commencée. Dès maintenant, Jésus nous prend avec Lui comme Il prend Pierre. Dès maintenant, Jésus nous dit : "Suis-Moi !".

Et où devons-nous le suivre ? Certes, sur la croix et jusqu'à la mort, comme Il vient de le prédire à Pierre, mais aussi au-delà de la mort, au-delà de la croix. Nous le suivons jusqu'auprès du Père, dans la béatitude éternelle. Ce mouvement est déjà com­mencé. Nous sommes en marche, nous sommes en marche à travers la croix et la passion qui peut remplir éventuellement notre vie, qui de toute manière rem­plira notre vie au moins au moment de notre mort, nous sommes déjà en marche vers le Royaume. Le Royaume est déjà en train de naître dans notre vie, dans notre cœur. Plus précisément, le Royaume naît dans l'Église. Et si Jésus dit à Pierre : "Sois le pasteur de mes brebis, sois le berger de mon troupeau !" c'est parce que, précisément, l'Église est ce peuple de Dieu en marche vers le Royaume, c'est le Royaume qui déjà commence. L'Église n'est pas une institution de la terre, c'est une institution du Royaume. L'Église c'est le commencement du Royaume. Si nous sommes rassemblés ici, c'est parce que déjà Jésus, auprès du Père, y est en notre nom, déjà Il nous prend avec Lui, déjà le meilleur de nous-mêmes, le plus essentiel de notre vie est déjà auprès du Père. Déjà notre réunion est une réunion de fête, c'est l'assemblée des "pre­miers-nés" qui se réjouissent autour du "premier-né d'entre les morts". Nous sommes déjà auprès de Dieu dans sa gloire.

Et cela ne veut pas dire que nous sommes ab­sents du monde. Cela veut dire au contraire que notre rôle est d'être le ferment de cette nouveauté dans le monde d'aujourd'hui. L'Église, c'est ceux qui mar­chant à la suite du Christ, déjà arrivent, en quelque sorte avec le Christ, sur l'autre rivage, l'Église c'est ce qui est le ferment qui entraîne le monde entier à pas­ser à son tour, de ce monde au Père, à devenir nou­veau, à ressusciter. Il faut donc que notre présence dans ce monde soit, à tous les endroits où ce monde vit, dans tous les lieux où les hommes vivent, dans toutes les institutions, pour y apporter déjà le germe du monde nouveau. C'est cela notre rôle de chrétiens, c'est cela le rôle de l'Église : être partout dans l'uni­vers ceux qui apportent déjà cette coloration nouvelle, cette mission nouvelle, cette vérité nouvelle que tou­tes les réalités du monde marchent vers le Royaume, sont en route pour leur transfiguration dans le Royaume.

C'est cela le mystère de l'Ascension tel qu'il s'applique à notre vie quotidienne, individuelle ou collective, personnelle, communautaire ou ecclésiale. Soyons consciemment, volontairement, librement, dés maintenant, les germes du monde nouveau, dans notre vie et pour la vie de nos frères.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public