AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA VEUVE DE SAREPTA

1 R 17, 7-16

(24 mai 1995)

Homélie du Frère Michel-Pierre MORIN

L

a veuve de Sarepta est la figure, l'image de l'humanité et donc de chacun d'entre nous parce que, sur cette terre, nous ne serons jamais comblés car il nous manquera toujours Celui pour qui nous sommes faits. Nous aurons toujours, dans notre cœur, si pour le moins nous restons un petit peu lucides sur nous-même, ce manque fondamental de Dieu, cette absence du Christ. Non pas comme Celui qui nous accompagne mais comme Celui qui, un jour, nous comblera.

       Et lorsque nous regardons ce que nous sommes, nous ne valons peut-être pas plus que deux morceaux de bois dont un Père de l'Église dira : "Que nous n'avons pas su faire autre chose qu'une croix". Et le fond de notre cœur, le fond de notre vie, n'a pas d'autre mesure que ces quelques gouttes d'huile au fond d'une cruche, ces quelques pincées de farine au fond d'une jarre. Nous aimerions bien nous contenter de cela en sachant que cela ne peut nous conduire qu'à la solitude, qu'à la mort.

       Quelle différence, quelle mesure y a--t-il entre la galette de pain que je vais poser dans un instant sur l'autel, qui est la mesure de ce qui restait dans la jarre de cette femme, quelle mesure y a-t-il entre cette galette de pain et ce que nous en recevrons quelques minutes après ? Quelle distance y a-t-il entre ces quelques gouttes d'huile, ces quelques morceaux de bois, ces quelques grammes de farine, et ce dont nous allons être comblés ?

       Ce n'est plus un prophète qui passe, c'est le Christ qui non seulement va parler mais qui va s'incarner dans ce pain pour que celui-ci nous transmette sa vie, sa présence et que cette eucharistie, qui n'est peut-être rien d'autre que la transfiguration de notre propre misère, parce qu'il n'y a que notre misère qui puisse séduire la miséricorde de Dieu et qui en fait l'eucharistie C'est ce pain que nous allons recevoir, celui qui vient de notre misère et que Dieu, dans sa miséricorde, nous rend en abondance de vie, en abondance de pain, en abondance d'huile. Le pain pour nous nourrir, l'huile pour nous consoler, pour nous fortifier.

       C'est ce viatique que l'Église partage de façon à ce que ce veuvage ne soit pas un motif de désespoir, d'abandon, de sentiment d'exclusion, mais qu'il soit déjà la première allégresse, le premier tressaillement d'allégresse du jour où nous serons comblés dans la présence non plus par l'eucharistie mais dans la présence totale de Dieu C'est ce viatique que nous mangeons de jour en jour, jusqu'au jour où il n'y aura plus besoin de renouvellement, car la face de la terre sera inondée de pluie. Nous n'aurons plus besoin de venir puiser dans l'eucharistie, car le Christ Lui-même nous sera totalement donné, dans la mesure où nous aurons su l'accueillir en notre vie et plus encore.

       Nous allons donc, de notre misère vers le Ciel, vers le renouvellement de la terre par ce don de la miséricorde de Dieu qui prend ce que nous sommes et nous le rend en abondance d'amour et de consolation. Un jour viendra où la terre que nous sommes, sera renouvelée. Il y aura une face nouvelle, la face nouvelle de la terre, c'est le ciel. C'est sa face intime, interne, non encore connue, simplement devinée et en tout cas je pense, désirée.

       Que cette eucharistie d'aujourd'hui soit le viatique pour notre marche d'aujourd'hui vers le renouvellement de cette terre.

 

       AMEN


 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public