AU FIL DES HOMELIES

Photos

JÉSUS A ACCOMPLI BEAUCOUP D'AUTRES ACTIONS

1 Th 4, 13-18 ; Jn 21, 20-25

Mercredi de la sixième semaine de Pâques- B

(15 mai 1985)

Homélie du Frère Michel MORIN

L

 

e passage de l'évangile que nous venons de lire forme la fin de l'évangile de saint Jean. Saint Jean c'est cet apôtre de Jésus qui s'est penché sur son cœur le jour du Jeudi-Saint et qui était au pied de sa croix avec Marie au moment où Jésus est mort. C'est cet apôtre qui a entendu battre le cœur de Jésus, la veille de sa mort et qui a vu que ce cœur humain a cessé de battre, et que de ce cœur ouvert par la lance a jailli une source d'eau vive, une source qui continue maintenant à couler dans notre cœur par le baptême. Et saint Jean achève ainsi son évangile : "Jésus a accompli beaucoup d'autres actions. Si on les relatait en détail, le monde entier ne suffirait pas pour contenir tous les livres."

Si nous lisons aujourd'hui cette fin de l'évan­gile de saint Jean, c'est parce que demain, nous fête­rons l'Ascension, le jour où le Christ est remonté vers le Père, où Il a cessé d'apparaître à ses disciples, à Marie-Madeleine, à Jean, à Pierre et aux apôtres. Ce qui est intéressant dans ce témoignage de saint Jean c'est qu'il nous dit que Jésus a accompli beaucoup, beaucoup d'actions. C'est vrai que probablement Jésus a fait beaucoup plus de choses que celles que les évangélistes nous ont rapportées. Mais ce qui ne peut pas être contenu dans tous les livres du monde, ce n'est pas simplement ce que Jésus a fait de son vivant quand Il était sur la terre, parce que l'action du Christ l'action de Jésus pour les hommes ne s'est pas arrêtée le jour où Il a quitté la terre pour remonter au ciel chez son Père. Jésus l'avait promis : "Je serai avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde." Et tous les jours, depuis l'Ascension de Jésus, Il continue de faire des actions merveilleuses dans le cœur des hommes, pour que ces hommes deviennent ses frères, ses amis, puissent connaître Dieu et vivre en s'aimant les uns les autres comme Lui-même nous a aimés.

Il y a autant de livres sur lesquels est inscrit ce que Jésus a fait qu'il y a de cœurs dans les hom­mes. Si on comptait tous les hommes qui ont vécu depuis le commencement du monde jusqu'à la fin du monde, si on regardait ce que Jésus a écrit dans leur cœur, aucune bibliothèque ne pourrait contenir tout cela, parce que l'œuvre du Christ est inscrite dans notre cœur. Jésus écrit sa vie, aujourd'hui, dans notre cœur. Aujourd'hui, le livre de l'évangile, c'est le livre dans lequel est inscrit ce que Jésus a fait, les paroles qu'Il a dites, mais ce livre il est aussi dans notre cœur. Notre cœur c'est un évangile. Jésus vient inscrire sa vie, Jésus vient donner son corps, Jésus vient donner son pardon à notre propre cœur, et notre cœur devient un évangile. Notre cœur c'est un lieu où Jésus est vi­vant, aussi présent, aussi vivant que dans les paroles du livre qu'on appelle évangile. Et si l'on voulait ras­sembler les cœurs de tous les hommes depuis le début du monde jusqu'à la fin du monde, aucune bibliothè­que et même le monde entier ne pourrait pas contenir tout ce que le Christ a fait pour les hommes.

Cela nous ouvre à cette présence de Jésus qui continue à faire pour les hommes d'aujourd'hui ce que vous apprenez chaque mercredi, ce que nous avons, nous, appris mais qu'il faut continuellement décou­vrir, tout ce que Jésus a fait dans les quelques années où Il a vécu sur la terre. Sa présence physique, Il l'a manifestée à ses apôtres et aux évangélistes. Mainte­nant, cette annonce de la bonne nouvelle de Jésus s'accomplit dans notre cœur et c'est nous qui sommes guéris comme le paralytique, c'est nous qui sommes pardonnés comme la pécheresse chez Simon, c'est chez nous que vient vivre Jésus comme pour Zachée. C'est pour nous que Jésus encore fait couler l'eau du Jourdain où Il a été baptisé. Et c'est encore pour nous et pour les malades que Jésus vient guérir. Et c'est encore sur nous qu'Il vient étendre la force, la lumière et le feu de son Esprit-Saint, comme Il l'a donné aux apôtres le jour de la Pentecôte. C'est encore pour nous, et c'est maintenant qu'Il va refaire ce geste de la fraction du pain en nous donnant son corps et son sang.

Ce matin, vous avez réfléchi, vous avez mé­dité sur cette présence de Dieu au cours d'un repas, depuis Abraham et les trois personnages mystérieux, depuis Moïse et la manne dans le désert, la multipli­cation des pains et l'eucharistie, Jésus vient mainte­nant, par la prière de l'Église, par le prêtre qui repré­sente ici sa personne, Il vient faire pour nous ce qu'II a fait au temps de l'évangile pour les apôtres. Et nous recevons son corps et son sang dans notre cœur, et dans notre cœur Jésus va continuer à faire, aujour­d'hui, toutes ses actions merveilleuses qui ne peuvent être contenues dans aucune bibliothèque si grande soit-t-elle.

Alors, puisque demain nous allons célébrer la fête de Jésus qui retourne vers son Père, aujourd'hui, dans l'eucharistie, nous allons avec plus de force, plus de conviction, célébrer la fête de Jésus qui reste pré­sent au milieu des hommes pour leur annoncer la bonne nouvelle. Pas uniquement à côté de nous, mais en nous. Cette présence de Jésus n'est pas la présence de quelqu'un qui est près de nous, qui nous regarde, qui nous accompagne, qui nous prend par la main. C'est une présence qui est à l'intérieur de nous. Il nous aime dans notre cœur. Il nous fait grandir dans notre cœur. Il nous appelle dans notre cœur. Remercions l'apôtre saint Jean de nous avoir révélé tous ces mys­tères que Jésus a célébrés. En les connaissant, nous pouvons découvrir que ces mêmes mystères, Jésus les accomplit maintenant, pour nous, dans notre cœur et pour tous les hommes.

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public