AU FIL DES HOMELIES

Photos

TOUT EST DANS LA DEMEURE

2 Tm 2, 8-13 ; Jn 21, 20-25

Mercredi de la sixième semaine après Pâques – C

(19 mai 2004)

Homélie du Frère Bernard MAITTE

 

P

ierre s'inquiète, c'est un bon frère. Il regarde, il voit Jean qui suit, peut-être un peu au loin, et il pose cette question au Seigneur : "Et lui, Sei­gneur ?" Pierre a bien conscience qu'il a eu un témoi­gnage important de la part de Jésus, même s'Il lui a demandé par trois fois s'il l'aimait, Jésus lui a dit : "Pais mes brebis", sois le gardien de mon troupeau. Il a donc une mission qui lui a été confiée. Jésus a pris soin de lui donner comme une sorte de testament et d'action à réaliser. Et voilà que Pierre s'inquiète au moins pour le disciple que Jésus aimait : et lui, Sei­gneur, que va-t-il faire ? Que va-t-il devenir. Et Jésus répond : "S'il me plaît qu'il demeure jusqu'à ce que je vienne ?" Tous les commentateurs disent : jusqu'à ce que je vienne, c'est-à-dire, jusqu'à la Parousie. Alors, il est sûr de savoir le temps où viendra la Parousie. Si c'est dans une minute ou une semaine, ce sera assez différent que si c'est dans deux siècles ou davantage. Donc saint Pierre se trouve pris dans cette alternative, est-ce que c'est pour bientôt ou bien il ne mourra pas, ce qu'on en conclut parce que comme l'évangile de Jean a été écrit quelque cinquante années après la Résurrection, que le Christ n'était pas revenu, saint Jean spécifie bien. Jésus n'a pas dit que ce disciple (c'est-à-dire, lui), ne mourrait pas, mais "s'il me plaît qu'il demeure avec moi, jusqu'à ce que je vienne".

On peut réfléchir sur ce plaisir de Jésus, parce que c'est un plaisir, le plaisir de Jésus à demeurer avec saint Jean Cela répond me semble-t-il, à la première question que les disciples ont posé à Jésus. En effet, après ce long prologue : "au commencement était le Verbe, et le Verbe était Dieu", après l'annonce de Jean-Baptiste, "voici l'Agneau de Dieu", Jésus appelle ses premiers disciples, André, Philippe, Pierre, Nata­naël, Jean. La première question que ces disciples vont poser à Jésus, c'est celle-ci : "Où demeures-tu ?" Je pense que Jésus leur répond d'abord: "Venez et voyez", et à la fin de l'évangile, ils ont enfin leur ré­ponse. Ils viennent, ils voient, et ils savent où Jésus demeure.

En effet, désormais, Jésus demeure dans le cœur des hommes, dans leur vie. En fait, Il demeure déjà dans le cœur de Pierre : "Pierre, tu vas paître mes brebis, sois le pasteur de mon troupeau". Il n'y a pas de dissociation entre la tête et le corps. Pierre demeure près de Jésus dans l'action pastorale, dans cette annonce de l'évangile, dans la proclamation de la foi. D'ailleurs, dans d'autres passages de l'évangile, il est dit que Jésus les envoie en leur disant : "Je suis avec vous jusqu'à la fin du monde dans la Parole que vous proclamerez".

Jésus demeure aussi dans le fait que les disci­ples, comme à leur suite tous ceux qui se réclament comme chrétiens et vont célébrer le Christ : "Là où deux ou trois se rassembleront en mon nom, Je suis au milieu d'eux". Rassembler, c'est le mot Église. Là où deux ou trois deviennent Église, ils le sont vrai­ment parce que Jésus est au milieu d'eux, dans cette liturgie, dans ces sacrements. Jésus demeure au cœur même de l'homme célébrant.

"Où demeures-tu ?" Et Jésus répondra aussi qu'Il demeure dans le cœur de ceux qui servent leurs frères. Et alors jaillira la question : "Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu ? Quand est-ce que nous t'avons soigné, que nous t'avons donné à boire, que nous t'avons vêtu ?". Et Jésus répond : "A chaque fois que vous l'avez au plus petit d'entre les hommes, c'est à moi que vous l'avez fait !" Dieu demeure dans l'an­nonce, dans le témoignage de la foi, Il demeure au cœur de toute célébration, de tous les hommes qui chantent cette louange de Dieu Il demeure dans le service du prochain, dans cet acte paraît de la charité. Donc, les disciples ont leur réponse. "Et s'il me plaît de demeure jusqu'à ce que je vienne ?"

Oui, nous attendons tous la venue du Sei­gneur, nous attendons tous la Parousie, et saint Jean aura certainement compris qu'au cœur de sa contem­plation, au cœur de sa prière, au cœur de sa commu­nion avec Jésus, il a trouvé la véritable demeure. Il peut donc désormais se reposer, annoncer et méditer cette Parole, il peut la célébrer, et il peut en faire vivre dans l'amour de cette Parole, tous ceux qui attendent et qui désirent Dieu.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public