AU FIL DES HOMELIES

Photos

DONNE-MOI LA GLOIRE

2 Co 3, 3-18 ; Jn 17, 11 b-19

Samedi de la sixième semaine du temps pascal – C

(10 mai 1986)

Homélie du Frère Daniel Bourgeois

 

J

'ai manifesté ton nom aux hommes que Tu as tirés du monde pour me les donner !" Au moment où le Christ dit cette parole, Il s'en va vers sa mort, Il s'en va vers le Père. Et Il sait profondément qu'il ne part pas seul, car s'Il peut maintenant quitter le monde, c'est parce que le Père lui a donné ces hommes qui sont à la fois les disciples et qui signifient tous ceux qui vivraient dans le Christ. Le Christ ne les a pas conquis, le Christ les a reçus comme un don du Père.

C'est pourquoi, au moment même où Il s'avance vers la mort, Il nous emporte, chacun d'entre nous, comme le don le plus précieux du Père. Il nous porte vraiment dans sa mort comme le berger qui porte la brebis perdue pour la ramener au bercail. Il nous porte avec tout l'amour qu'Il a pour nous, avec toute la solidarité qu'Il a établie avec nous en prenant notre propre chair. Mais Il nous porte aussi avec cet infini amour qu'Il a pour son Père.

Et alors, parce qu'Il nous porte tous ainsi dans son cœur, et parce qu'Il s'avance vers la mort et vers la résurrection en nous tenant tous unis en Lui, confiés à Lui par le Père, Il peut dire : "Glorifie Moi !" c'est-à-dire : Donne-moi cette gloire. Et c'est curieux car Il dit : "Donne-Moi cette gloire que j'avais depuis toujours auprès de Toi".

En fait, s'Il l'avait depuis toujours, pourquoi la lui donner ? Mais maintenant, je dirais que Jésus en a besoin d'une autre manière, de cette gloire. C'est pré­cisément pour que la recevant dans le geste éternel du Père qui lui donne tout son amour, le Fils puisse la répandre sur nous tous. Parce qu'Il nous porte tous et un chacun dans son propre cœur, désormais, la gloire qu'Il va recevoir, nous est, à nous aussi, destinée.

Et c'est le sens de cette prière du Christ au moment de sa mort. Il dit au Père : Puisque je les em­porte dans ma mort, que je les emporte aussi dans la gloire ! C'est pourquoi cette gloire qui désigne tout le poids de l'amour que le Père a pour son Fils, désigne aussi, en même temps, cet amour personnifié qui est l'Esprit. Car l'amour que Dieu le Père porte à son Fils, l'amour par lequel Il aime son Fils, c'est précisément l'Esprit Saint. Et à partir du moment où le Christ s'avance ainsi en nous portant tous en Lui, en son humanité, et dans sa personne divine, au moment même où Il nous emporte tous avec Lui et en Lui, alors Il commence à sceller vraiment pour nous le don de l'Esprit Saint. La Pentecôte dans sa première ra­cine, dans cette prière où le Christ sachant qu'Il va donner totalement son humanité, sait que désormais, avec elle, en se livrant pour nous, Il ne pourra pas ne pas nous donner tout, c'est-à-dire la plénitude même de la gloire qui lui était réservée de toute éternité.

Qu'en nous préparant à cette fête de la Pente­côte nous nous souvenions que nous sommes d'abord unis dans le cœur du Christ qui se donne, qui s'offre et qui offre toute sa vie humaine et toute sa personne divine à son Père. Et que retrouvant ce lieu, qui est maintenant le lieu dans lequel nous devons vivre puisque nous y avons été appelés par le baptême, que grandisse en nous, en vérité, cet esprit de Fils, afin qu'à notre tour, nous soyons glorifiés de la gloire même que le Père donne à son Fils.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public