AU FIL DES HOMELIES

Photos

LE LIEN DE L'ESPRIT

Rm 5, 1-11

Vendredi après l'Ascension

(22 mai 2009)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

Recevez l'Esprit Saint

F

rères et sœurs, le texte de saint Paul aux Romains que nous avons entendu tout à l'heure, qui est un peu compliqué, j'en conviens, a pourtant l'avantage de situer exactement quelle est l'origine de la foi dans l'Esprit Saint dans l'Église primitive. En effet, la plupart du temps, nous imaginons à travers l'évangile puis, les Actes des apôtres, surtout à travers la théologie de saint Luc, que l'Esprit est cette force missionnaire qui envoie les apôtres à travers le monde. Ce n'est pas absolument faux, mais il n'est pas sûr que ce soit la première manière dont l'Esprit Saint ait été reconnu dans la communauté primitive.

Saint Paul ici dit que maintenant, nous avons foi dans le Christ ressuscité. Il parle donc à des gens qui reconnaissent cette présence du Christ ressu scité, et nous nous glorifions dans l'espérance de la gloire de Dieu. Pour saint Paul qui écrit cela vers les années cinquante, il veut expliquer aux Romains quel est le statut de l'existence chrétienne. Il y a deux choses : il y a la foi dans le Christ ressuscité, et puis, il y a l'attente de la gloire, l'espérance de la gloire. Pour Paul, être chrétien est une situation intermédiaire, une situation dans laquelle nous sommes à la fois enracinés dans l'œuvre de résurrection qui s'est accomplie dans le Christ, qui est l'œuvre du Père, mais tout en étant fondés et enracinés dans cette œuvre et ce témoignage du Père, nous sommes dans l'attente que cette œuvre s'accomplisse en nous. C'est dans cet entre-deux que saint Paul explique la place de l'Esprit. il ajoute : l'espérance ne déçoit point parce que l'amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par le Saint Esprit qui nous fut donné. Ce qui fait le lien entre la foi au Christ ressuscité et l'espérance de notre propre gloire, c'est la réalité de l'Esprit qui nous est donné comme amour et comme communion entre les frères, autrement dit l'Église. Le lieu même où l'on éprouve l'Esprit, c'est dans la communauté d'amour, de service fraternel, de partage des sacrements et de la Parole que là, nous tous ensemble, nous faisons l'expérience du mystère de l'Esprit. Dans la pensée de Paul l'Esprit n'est pas simplement quelque chose qui a été donné par Jésus, qui relève d'un événement qui conclut le mystère de la présence et de l'Incarnation de Jésus, mais c'est vraiment le lien entre l'avant de la venue du Christ, sa résurrection, et l'après, l'accomplissement de toutes choses.

Dans cette première génération de chrétiens, l'Esprit et quelque chose qui assure la tension et la continuité entre l'œuvre de Dieu telle qu'elle a été commencée dans le Christ et telle qu'elle sera achevée en nous. C'est pour cela que dans un autre passage très proche, saint Paul dit : "L'Esprit qui a ressuscité Jésus d'entre les morts donnera également la vie à nos corps mortels". Pour lui l'Esprit est d'abord la figure et le principe de l'espérance. Je crois que c'est assez important de bien réaliser cela quand on célèbre ce temps de préparation à la Pentecôte, en réalité, c'est le temps de l'Église. L'Église n'est pas une réalité qui perpétue des souvenirs, mais c'est une réalité qui fait le lien entre ce qui s'est déjà accompli de la puissance de la résurrection dans le Christ, et qui doit s'accomplir dans le corps tout entier du Christ : "il l'accomplira aussi dans nos corps mortels", au moment où toutes choses seront rassemblées dans le corps du Christ.

Quel est le tissu qui fait le lien entre la foi au Christ ressuscité et la glorification au moment de la plénitude de toutes choses dans le Christ ? C'est précisément l'Esprit par le lien de communion. La charité ce n'est pas simplement les devoirs moraux que nous devons accomplir comme chrétiens, c'est le tissu qui fait le lien, la cohérence de toute l'histoire depuis la résurrection du Christ jusqu'à la fin des temps. A ce moment-là, la réalité même de l'Esprit est ce lien. Je crois même qu'on pourrait dire que l'Église primitive a éprouvé que l'Esprit était lien entre les croyants avant de comprendre qu'il était lien entre le Père et le Fils. C'est précisément cela le mystère de l'Esprit. C'est une force qui lie, qui noue l'Église, qui noue la communion, qui noue les communautés chrétiennes. Comment être noué au Christ sinon par des souvenirs, comment être noué à l'avenir sinon par de vagues espérances? C'est justement parce que ce ne sont pas des souvenirs, ou de vagues espoirs, c'est le lien même de la présence de l'Esprit qui fait le lien d'un bout à l'autre.

Frères et sœurs, c'est très important pour nous de comprendre cela parce que la plupart du temps, l'espérance est une vertu chantée par Péguy et sans doute assez sympathique, mais qui s'est souvent confondue avec des horizons messianiques du style marxiste, des espoirs d'un monde meilleur. Ce n'est pas un monde meilleur, l'espérance, c'est la trame du tissu entre la résurrection du Christ et la venue dans la gloire, c'est-à-dire notre propre résurrection.

Demandons au Seigneur qu'il réveille en notre cœur par son Esprit ce sens de la continuité de l'œuvre de Dieu dans notre vie individuelle et dans la vie de toute l'Église.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public