AU FIL DES HOMELIES

Photos

 CROIRE, ESPÉRER, AIMER

Rm 5, 1-11 ; Jn 17, 11 d-19

(10 mai 2002)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

Mystra : Christ en gloire

P

 

our commencer cette retraite qui nous prépare à la Pentecôte, au don de l'Esprit, la liturgie nous propose aujourd'hui comme première lecture, ce texte apparemment un peu complexe de l'épître aux Romains de saint Paul, qui concerne en fait, la vie du chrétien. Et je trouve que ce choix est assez judicieux dans la mesure où vous l'avez peut-être repéré, ce texte nous ramène à ce qui constitue la vie théologale, c'est-à-dire la vie de relation de chacun des croyants avec Dieu, et c'est pour cela que dans ce texte, la construction est faite autour de trois mots, vous l'avez sans doute remarqué. Il y a d'abord la foi : " Ayant donc reçu la justification par la foi", et puis ensuite l'espérance : "Grâce à la foi dans laquelle nous sommes établis, nous nous glorifions dans l'espérance". Et puis, enfin, pourquoi l'espérance ne déçoit-elle pas ? Parce que "l'amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs", c'est la charité. Autrement dit, on retrouve là l'origine des trois actes de foi, d'espérance et de charité que vous avez peut-être appris au catéchisme, et que ne récitez peut-être plus maintenant, mais qui relèvent d'une saine théologie et qui précisément, vous le voyez, ont au moins l'avantage d'être fondés dans la structure même de l'Écriture. En tout cas, c'est justifié par un texte.

Ce qui est intéressant à comprendre, ce n'est pas simplement d'enfiler les notions et d'ajuster les idées, mais c'est la raison pour laquelle saint Paul nous explique la vie chrétienne comme ça, parce que cela va nous donner l'explication du temps que nous vivons.

La justification par la foi, qu'est-ce que cela recouvre ? C'est le fait de rétablir la relation personnelle entre Dieu et l'homme. C'est l'Incarnation, la vie terrestre de Jésus. Il y a foi à partir du moment où l'homme peut retrouver une vraie relation de confiance avec son Dieu. Cette relation de confiance vient précisément de ce que c'est Dieu Lui-même qui vient faire le premier pas. Autrement dit, quand on parle de justifier par la foi, c'est-à-dire de rétablir la relation de confiance, c'est très lié à l'Incarnation et au fait que Dieu fait le premier pas pour rentrer dans la vie des hommes. Il n'y a de confiance que s'il y a des travaux d'avance, pour rentrer dans la relation. Paul explique, il dit : nous sommes justifiés par la foi, ce qui veut dire que Dieu est venu, Dieu a établi la relation, Il nous a mis à nouveau dans cette relation qui était prévue depuis le début. Mais, dit-il aussitôt, cette relation ne peut pas se vivre uniquement sur le mode de la présence terrestre de Jésus. Pourquoi ? Précisément parce qu'il est parti. C'est la Pâque, c'est la Résurrection. Au moment même où Dieu entre dans la relation, il part. Il rentre, et il part. Il part non pas pour se dérober, mais il part vers un ailleurs. Au moment même où il construit la relation avec l'homme, la foi, il dit à l'homme : ce que nous vivons là maintenant, n'est pas la plénitude. Donc, il faut aller ailleurs, c'est l'espérance, c'est la Résurrection. Vie terrestre de Jésus, présence de Dieu parmi nous sur la terre, la foi, Pâques, c'est-à-dire déplacement de la relation, non pas pour rester ici-bas, mais pour partir vers le monde du Royaume où Jésus nous ouvre l'espace nouveau de la vie et de la liberté chrétienne. Seulement, le problème rebondit : si nous vivons dans la relation avec Dieu sur terre, mais que cette réalité de la relation est déjà déplacée ailleurs, comment va-t-on y arriver ? Et c'est la réponse : "L'espérance ne déçoit point, puisque précisément, Dieu donne son amour pour pouvoir continuer cette relation, aussi profonde, radicale et totale qu'elle n'avait lieu sur la terre, mais maintenant, pour la vivre avec le Christ ressuscité."

Ainsi, ce petit texte, mine de rien, réorganise toute notre manière de concevoir notre propre vie théologale. Les fameuses vertus, foi espérance et charité, ce n'est pas simplement trois registres sur lesquels il faut essayer d'être les meilleurs, les plus vertueux. En réalité, c'est l'organisation, la structuration même de la relation avec Dieu qui est en cause. D'abord, c'est Lui qui fait le premier pas et qui rétablit la relation de confiance avec l'homme pécheur, c'est l'Incarnation, ensuite il montre que cette relation ne peut être vécue que dans la plénitude du Royaume, et donc la Résurrection c'est comme ce qui basculer ce que nous avons connu au niveau d'une amorce, ce que nous vivons encore maintenant au niveau de l'Église et des sacrements, mais qui doit être décalé du côté du Royaume des cieux. C'est pour cela que nous le vivons toujours en tension, et saint Paul est évidemment celui qui sera le grand prédicateur de la tension chrétienne vers le Royaume. Et après, comme nous ne pouvons pas vivre cette tension par nous-mêmes ni l'assumer, il faut que ce soit l'Esprit Saint lui-même qui nous donne de la réaliser et de la concrétiser. Je crois que cela peut donner une sorte d'orientation, fondamentale à ces jours qui nous préparent à la Pentecôte.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public