AU FIL DES HOMELIES

Photos

DANS L'ATTENTE DE L'ESPRIT

Rm 5, 1-11; Jn 17, 11-19
Vendredi après l'Ascension - (25 mai 1990)
Homélies du Frère Jean-François NOEL

 

E

n ces jours qui précèdent la Pentecôte, nous sommes invités par l'Église à demander la venue de l'Esprit, cet Esprit de Dieu qui est le fruit de l'Ascension, qui est aussi le fruit de la Résur­rection et qui permet à chaque homme de vivre de la vie de Dieu en tous temps et en tous lieux. Cet Esprit nous ouvre les yeux sur une réalité décrite par l'évan­gile qui est que notre communion entre hommes, la communion qui existe entre nous, ne tient pas du vouloir de l'homme mais existe déjà avant que l'homme ne la désire.

Nous avons souvent tendance à opposer la relation verticale entre Dieu et nous et la relation ho­rizontale entre nous. Nous avons raison quand nous disons que ce que Dieu donne qu'il fait descendre de Lui-même vient ensemencer et assurer cette commu­nion entre nous les hommes. De même que lorsque nous voulons signifier la descente de la paix, après avoir embrassé le corps et le sang du Christ, le prêtre descend vers nous pour le baiser fraternel, voulant signifier que la paix ne peut venir du cœur de l'homme mais uniquement du cœur de Dieu. Le vou­loir humain resterait toujours infirme et ne pourrait obtenir le résultat désiré s'il ne venait de Dieu.

Mais cette descente n'est pas artificielle, elle ne s'ajoute pas à une réalité humaine Elle n'oblige pas les hommes à être les uns avec les autres. Elle repose sur une réalité fondamentale que l'Esprit nous révèle et nous dévoile. Il y a entre nous une solidarité déjà inscrite dans le cœur de Dieu. Le temps que nous vivons en ce moment est un temps de mouvement entre l'entrée du Christ dans la gloire, le temps de la descente de l'Esprit sur les hommes. Nous sommes invités, dans ce même mouvement, à épouser la vie du Christ. "Père ! je viens vers Toi ! Ceux que Tu m'avais donné, je les ai gardés afin que, eux aussi contemplent la gloire que Tu m'avais donnée dès avant la fondation du monde !" Nous sommes donc invités à un mouvement qui nous permet de dévoiler ce qui existe et que souvent notre vie laisse caché. Ce qu'il y a en nous, dans l'humanité, une solidarité, un lien qui nous unit et dont nous avons simplement à prendre conscience pour le laisser vivre.

La construction de l'amour entre les hommes ne tient pas à quelque chose que Dieu ajouterait en plus à nos relations humaines. Il tient surtout dans le fait de dévoiler ce qui est présent mais caché en nous. "Aimez-vous les uns les autres !" n'est pas un com­mandement extérieur à l'homme, comme s'il était à l'horizon de sa propre vie, mais il est inscrit fonda­mentalement et dans sa chair et dans son esprit. Et l'invitation de Dieu, par l'Esprit est de devenir de plus en plus fidèle à ce que Dieu a déjà écrit dans notre nature. Ce n'est pas un ordre ajouté, dans lequel nous devrions nous élancer avec tous nos moyens Il s'agit de nous réveiller à cette réalité toujours présente en nous pour que le Christ la déploie à sa pleine mesure.

Pour contempler réellement l'amour qui en­globe toute l'histoire de l'humanité, amour qui a commencé par le cœur du Père, qui a commencé par atteindre le cœur du Fils, amour si large, si profond et si puissant qu'il couvre toute l'histoire du monde, amour toujours présent, amour auquel nous sommes invités, mais trop souvent indifférents, demandons que l'Esprit nous ouvre les yeux pour réaliser ce que Dieu voulait faire de nous et renouvelle cette pro­messe en ces jours d'attente de l'Esprit.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public