AU FIL DES HOMELIES

Photos

Romains 5, 1-11 ; Jean 17, 1-11 c

Vendredi de la sixième semaine de Pâques – B

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

 

L

e Christ polarise tout notre regard et il est certain qu'à la différence de tout l'Orient, la personne de l'Esprit saint nous paraît un peu plus mystérieuse. Pourtant je voudrais, à partir de la prière sacerdotale, donner quelques éléments de prière et de méditation pour que nous découvrirons mieux ce mystère de la personne de l'Esprit.

Quand le Christ s'avance vers sa mort, c'est Lui, dans son humanité qui s'avance vers la mort. Et donc, c'est le geste même de liberté humaine, totale­ment conforme à son vouloir divin, qui est le ressort profond de notre salut. C'est parce que le Christ dans son humanité s'est totalement conformé au vouloir du Père qu'effectivement en donnant sa vie pour nous, Il nous a permis d'entrer dans la vie de Dieu. Pourtant, cette seule action de l'humanité du Christ ne suffit pas. Ce qu'il a fallu, c'est que cette humanité, se li­vrant totalement aux mains du Père, reçoive ensuite la gloire. "Glorifie- Moi de la gloire que J'avais auprès de Toi !" Jusqu'à son dernier souffle, Jésus a pu faire quelque chose pour nous, mais lorsqu'Il est dans le tombeau, son humanité est réduite à la mort, elle est réduite à l'impuissance radicale. Et qu'est-ce qui va faire que cette humanité retrouve la gloire ? C'est l'Esprit Saint.

Pour que nous soyons sauvés, il faut l'action de Jésus, le Verbe de Dieu, le Fils de Dieu, mais il faut aussi l'action conjointe de l'Esprit Saint. Car le Fils est allé jusqu'à la mort, mais c'est l'Esprit qui l'a tiré de la mort et qui a fait que son humanité soit maintenant glorifiée de la gloire qu'Il avait depuis toujours. Ainsi donc voilà que nous sommes intro­duits au mystère de l'action de l'Esprit. L'Esprit, c'est la face invisible de la Pâque. Le Verbe de Dieu, dans son humanité, s'avance jusqu'à la mort. Et c'est l'Es­prit, comme don du Père, qui reprend cette humanité au cœur même de la mort et la conduit jusqu'au Père.

Alors nous comprenons mieux pourquoi nous-mêmes nous sommes les bénéficiaires de l'Es­prit. Ce qui se passe en nous aujourd'hui est l'œuvre de l'Esprit. Notre progressive divinisation, c'est le fait que l'Esprit s'empare de notre humanité, c'est le fait que l'Esprit envoyé par le Christ se saisit de chacun d'entre nous, là où nous sommes abandonnés, là où nous sommes sans cesse dans le lieu de la mort et des ténèbres, et, progressivement, par la grâce du bap­tême, par la grâce des sacrements, nous conduit jus­qu'au Père et nous introduit ainsi dans la vie filiale. Ainsi, notre humanité, dans le mystère même de notre divinisation, dans le mystère même de cette gloire que nous partageons avec le Fils, et dont nous héritons progressivement, cette divinisation est l'œuvre conjointe du Fils et de l'Esprit Saint, le Fils, en tant que par son humanité ressuscitée, Il nous montre le chemin, Il nous ouvre l'accès au Père, l'Esprit, en tant que principe vivificateur, se saisit de notre humanité pour la rendre conforme à l'humanité ressuscitée de Jésus-Christ. D'une certaine manière, l'Esprit accom­plit en nous ce qu'Il a accompli au matin de la Pâque dans la chair du Christ. Il est le Seigneur de la vie, le Vivificateur, Celui qui donne la vie, parce que, préci­sément, Il accomplit en nous l'œuvre de la Pâque que le Christ a commencée.

Au début de cette dizaine de jours qui nous préparent à la Pentecôte, ce qui nous est demandé c'est d'être attentifs aux signes de l'Esprit. Notre vo­cation, c'est la gloire divine. Notre vocation profonde de ressuscités, c'est le fait de partager cette gloire de l'Esprit de Dieu qui a reposé de toute éternité sur le Verbe et qui a reposé pleinement sur son humanité au matin de sa Pâque. Nous devons, nous aussi, être les porteurs de l'Esprit, nous devons être animés de l'inté­rieur de la puissance vivifiante de l'Esprit Saint. Cha­que fois que nous recevons le corps et le sang du christ, c'est la puissance de l'Esprit qui vient sur le pain et sur le vin et qui les fait corps et sang du Christ. C'est aussi la puissance de l'Esprit qui descend sur notre assemblée et qui nous fait corps du Christ Ressuscité. Que cela se ravive en nos cœurs, que cela soit le cœur de nos vies, que cela soit la manifestation de l'Esprit.

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public