AU FIL DES HOMELIES

Photos

MYSTÈRE DE L'UNITÉ

Rm 5, 1-11 ; Jn 17, 11d-19

Vendredi de la sixième semaine de Pâques – A

(3 juin 2011)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

 

Marie et les disciples au Cénacle (Monthermé)

F

rères et sœurs, il nous est toujours difficile d'aborder le mystère de la personne de l'Esprit Saint. C'est peut-être pour cela que l'Église nous demande si souvent de prier pour recevoir cet Esprit Saint parce qu'effectivement, lorsque nous lisons les textes de l'évangile, lorsque nous essayons de faire travailler notre intelligence et notre imagination, on est rapidement à sec. L'évangile que nous venons d'entendre est assez significatif de ce point de vue-là.

Vous le connaissez, c'est le contexte de la prière de Jésus qu'on appelle la prière sacerdotale, parce que c'est la prière de consécration. Contrairement à ce que l'on pense, ce n'est pas la prière de Jésus pour les prêtres, c'est la prière de Jésus pour le peuple qui est prêtre, c'est-à-dire pour le sacerdoce de tous les fidèles qui sont prêtres, comme le Christ est grand prêtre. Cette prière se situe au moment où Jésus va entrer dans sa Pâque, et donc quitter le groupe des disciples. Le cœur, le nœud de cette prière et son dynamisme profond est de demander "l'unité pour ceux que tu m'as donnés". On peut dire, c'est la prière pour l'unité de l'Église; c'est pour que tout le monde soit rassemblé dans la foi, dans l'unité de la charité, avec le pape, les évêques, comme on le dit tous les jours dans le Canon. C'est très beau, mais je ne pense pas que Jésus au moment même où il prie pour que "ceux que tu m'as donnés restent dans l'unité", je ne suis pas sûr qu'il envisage absolument tout le destin de l'Église universelle. En tout cas, ce qu'il envisage certainement, c'est l'unité de ses disciples, ceux qu'il a connu, ceux qu'il a formé.

C'est peut-être ce qui peut nous mettre sur la piste pour mieux comprendre et ce que signifie le rôle de l'Esprit Saint. Qu'est-ce qui a tenu ensemble les disciples pendant qu'ils étaient autour de Jésus vivant avec eux ? Précisément, c'est Jésus et plus spécialement, l'humanité de Jésus. Le caractère irremplaçable du témoignage des apôtres c'est le fait qu'ils aient été noués, soudés comme une famille, comme un "collège" pour prendre un mot un peu technique, autour de Jésus parce que c'était Jésus qui, dans son humanité, les tenaient ensemble.

Aujourd'hui, c'est peut-être difficile de réaliser cela, mais cette présence de plus deux ans, trois ans, des disciples autour de Jésus, c'est le point de départ absolu, la base même de ce que nous sommes aujourd'hui. S'il n'y avait pas eu cela, il n'y aurait pas d'Église. Donc, Jésus sait que ce qui a fait jusqu'à maintenant la solidité du groupe, c'est lui, ce qui d'une certaine manière sera prouvé par le fait quand il est entraîné vers la mort, la Passion et la crucifixion, à ce moment-là, les disciples s'en vont chacun de leur côté. C'est la preuve que ce qui tient le groupe, c'est la personne du Christ membre de notre humanité, formant, apprenant aux disciples à prier, faisant les signes, donnant l'enseignement dont ils ont besoin et c'est cela qui les tient autour de lui.

Or, pour Jésus la question ne peut pas ne pas se poser : que va-t-il arriver quand je ne serai plus là ? C'est cela le sens de la prière sacerdotale. L'argument de Jésus à son Père dans cette prière, c'est de lui dire : si c'est moi qui les ai tenus ensemble jusqu'à maintenant, qui les tiendra ensemble après ? Je crois que la réponse, c'est l'Esprit. Il n'y a que l'Esprit qui peut continuer l'œuvre que Jésus a initiée. Il n'y a que l'Esprit qui peut faire tenir ensemble dans la foi. Il n'y a que l'Esprit qui peut leur rappeler toutes choses. Il n'y a que l'Esprit qui peut être la charité de Dieu qui nous est donnée, comme a rappelé l'épître de Paul. Autrement dit, le mystère même, le surgissement de l'Esprit dans la constitution définitive de l'Église, c'est Jésus qui le trace, qui l'impose. L'Esprit nous le recevrons pour que nous soyons un, pour que la communauté ne parte pas à la dérive et ne se décompose pas. C'est donc l'Esprit qui continuera à faire l'œuvre que le Christ a fait dans sa chair et par sa présence physique, charnelle au milieu de nous.

La plupart du temps, on a l'impression que l'Esprit c'est une sorte d'ajout supplémentaire, une sorte de garantie. Non ! c'est véritablement la continuation immédiate de l'œuvre de Jésus. C'est Jésus agissant et continuant son action par l'Esprit Saint. C'est Jésus faisant que la communauté reste, que l'Église continue, que l'expérience qu'il a initiée avec ses disciples soit toujours aussi vivante et aussi forte. Il n'y a pas de distinction entre le moment où Jésus rassemble ses disciples et les tient ensemble dans la communion et le moment où l'Église continue, c'est la même tâche, c'est le même travail, il n'y a pas de différence, il y a continuité absolue.

Frères et sœurs, c'est très important de faire comprendre ce qu'est l'Église aujourd'hui. L'Église ne vit pas dans le souvenir, elle vit dans l'action humaine que Jésus continue de rassembler et de faire l'unité de son peuple par un autre moyen que celui de son Incarnation, c'est-à-dire par l'Esprit qu'il nous a donné. Que cela nous aide à comprendre le réalisme du mystère de l'Église. L'Église n'est pas quelque chose de reconstitué après, elle est la même et unique action du Christ sauveur, mais par un autre moyen. C'est le même acteur, c'est toujours le Christ qui rassemble, mais il rassemble par l'Esprit.

Frères et sœurs, du coup que notre prière se fasse plus intense pour demander au Seigneur qu'il nous fasse comprendre cette continuité qu'il y a entre son œuvre et ce que nous vivons aujourd'hui, car c'est le même Christ, c'est la même Église, c'est la même communauté apostolique que nous formons aujourd'hui.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public