AU FIL DES HOMELIES

Photos

LA PÉDAGOGIE DU CHRIST

Ac 2, 14+22-28 ; 1 P 1, 17-21 ; Lc 24, 13-35
Troisième dimanche de Pâques - année A (10 avril 2005)
Homélie du Frère Christophe LEBLANC

 

Vous savez comme moi que l'écriture n'est pas faite pour être lue uniquement avec les yeux et notre tête, mais pour être prononcée à voix haute, et c'est ainsi que très souvent, les récits d'évangile sont traversés par plusieurs souffles différents.

Le récit des disciples d'Emmaüs est connu pour les deux temps, le premier temps étant celui de ce que nous pourrions appeler justement pour une eucharistie, de la liturgie de la parole, ce Christ qui vient expliquer les Écritures aux disciples et le deuxième temps qui est le temps de la liturgie eucharistique à proprement parler. Mais je crois que dans ce récit il y a un autre rythme que je vous propose ce matin, c'est un rythme en trois mouvements.

Le premier mouvement, c'est une première marche, la marche des pèlerins d'Emmaüs, qui est une marche complètement insensée. Ils sont complètement déboussolés, pas de GPS, ils marchent.

Puis, il y a un deuxième temps, c'est une autre marche qui est proposée, une marche cette fois-ci avec le Christ, une marche au cours de laquelle les disciples commencent à entendre certaines choses, certaines parcelles qui prennent sens à leurs oreilles, mais ils n'arrivent pas encore à tout comprendre. Il y a comme la manifestation d'événements plus compréhensibles, mais l'origine de ces événements reste encore secrète.

Et puis, la troisième marche, c'est le retour à Jérusalem, cette fois la marche correspond à une découverte pleine et entière de la venue du Christ dans leur cœur.

Je crois que ce qui est intéressant, si on regarde la progression de cette marche des disciples, c'est que dans le premier temps ils sont comme submergés par des événements. Ils n'arrivent pas à comprendre ce qui se passe, cela ne rentre pas dans les livres connus. Le deuxième moment, est un temps au cours duquel les disciples sont comme déracinés par le Christ, c'est-à-dire que le Christ lui-même à la place de la conforter dans leur peur, dans leur souci, dans leur crainte, ne fait qu'appuyer la tête sous l'eau, si vous me passez l'expression. Ils sont déracinés, ils découvrent que l'origine des événements, du sens de leur vie, ce n'est pas ce qu'ils pensent c'est une autre origine. Et le troisième terme, c'est devenir messagers. Et je crois que c'est certainement le plus important : le Christ a gagné, le Christ a converti, le Christ a sauvé à partir du moment où les disciples ayant enfin compris vont à leur tour aller annoncer la Bonne Nouvelle à leurs frères. C'est la route vue du côté des pèlerins.

Si on regarde maintenant la route du côté du Christ, ce qui est intéressant, c'est que d'abord, au moment même où ces braves disciples ne savent plus où ils en sont, le Christ lui-même se montre interrogateur. Il ne vient pas tout de suite pour dire, c'est moi, n'ayez pas peur, je suis vivant. Il y a une démarche du Christ qui rejoint profondément la solitude de ces disciples. Le Christ commence alors à accompagner d'une manière secrète les disciples. Et enfin le Christ va se révéler.

Je pense que ce texte nous fait réfléchir sur la dimension du pédagogue. C'est un terme très antique qui nous rappelle que dans l'antiquité, il y avait un esclave, un serviteur qui était payé par les parents pour emmener l'enfant à l'école, parce que les chemins étaient encore moins sûrs qu'aujourd'hui. Et au fur et à mesure, la fonction de ce pédagogue a évolué, il n'a pas fait uniquement que de protéger l'enfant des vicissitudes ou des risques de la route, le pédagogue a aussi appris à l'enfant à grandir, à devenir mature. Il a appris à l'enfant à se nourrir. Mais qu'est-ce qui nourrit un enfant ? Comment peut-on lui donner cette nourriture pour qu'il puisse grandir ? C'est cette dimension qui m'intéresse ce matin, c'est le Christ pédagogue. Sa pédagogie est pleine de délicatesse vis-à-vis de ses disciples et à aucun moment, il n'y a comme une puissance du Christ qui vient écraser ses pauvres hommes.

J'aurais voulu attirer votre attention sur deux choses : au moment où les disciples rencontrent quelqu'un au bord de la route, leur premier geste est de s'arrêter, pleins de tristesse. Je crois que la première fonction du pédagogue, là aussi je m'adresse à tous les adultes et aux parents, c'est que face à un monde dans lequel nous sommes très souvent plongés dans l'activisme, ses rapidités, le bon pédagogue et celui qui va arrêter, comme le Christ a arrêté les disciples au bord de la route, par sa question : mais que s'est-il donc passé ? Première chose dans l'éducation d'un enfant, ne pas craindre d'aller à contre courant de la situation actuelle, et aider l'enfant à s'arrêter en lui posant les bonnes questions. Et ensuite, quand les disciples reprennent la marche avec le Christ qui explique le sens des Écritures, le Christ fait semblant de continuer son chemin. C'est très beau, la liberté que le pédagogue doit avoir vis-à-vis des jeunes : ne jamais s'imposer, mais être là, à côté et se faire désirer. Le Christ était tellement bon pédagogue que les disciples n'ont pas voulu le quitter. C'est ce qui est beau dans l'enfant quand il est capable de mettre autant de confiance dans un adulte qu'il lui demande de lui apprendre encore, de ne pas le quitter. Enfin, la dernière chose pour le pédagogue, s'il a réussi sa mission, il faut que l'enfant soit capable de prendre son envol et devenir à son tour un pédagogue pour les autres.

Frères et sœurs, je crois que la plus belle image, ou le plus beau signe de la résurrection du Christ pour ces disciples, c'est qu'ils aient su à leur tour être des missionnaires, des pédagogues, et qu'ils soient ainsi retournés à Jérusalem pour annoncer la Bonne Nouvelle de la Résurrection. Que le Christ ressuscité mette aussi dans notre cœur cette pédagogie de la religion, de la vie divine, que nous sachions la partager avec les jeunes en les aidant à s'interroger sur eux-mêmes, en les aidant aussi à leur tour à enseigner aux autres.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public