AU FIL DES HOMELIES

Photos

 DYNAMISME ET PRIMAUTÉ DU CHRIST RESSUSCITÉ

1 Co 15, 20-28 ; Jn 6, 24-35

(7 mai 1992)

Homélie du Frère Bernard MAITTE

L'attrait du fruit défendu

L

 

'épître de saint Paul aux Corinthiens que nous avons lue me semble un passage très important de la compréhension du dynamisme de la Résurrection dans la vie du chrétien. Il relate la primauté du Christ sur toute créature, le premier ressuscitant des morts et remettant tout entre les mains du Père. Il est intéressant de noter que "le Christ est prémices de ceux qui se sont endormis" et que "la mort étant venue par un homme, c'est par un homme, c'est-à-dire Jésus que nous vient la vie". saint Paul décrit ici, dans une ampleur assez extraordinaire, la venue du Christ en notre monde et son rachat pour le salut de l'humanité. Il est à noter que saint Paul part, en fait, de ce qui s'est passé avec le premier homme. Adam s'est séparé de Dieu par le péché et il entraîne avec lui toute la création car il est indéfectiblement lié à elle étant lui-même créature. Et c'est parce qu'il est placé par Dieu au sommet de cette création, couronnant la création dès l'origine, que le premier homme par son refus de Dieu entraîne avec lui la création tout entière. Cette première étape qui est une étape de péché et de blessure est marquée par une réalité importante que connaît chaque homme, celle de la mort.

       En effet, tout de suite après le péché originel, l'homme connaît la mort et la mort dans la souffrance. En quoi va donc consister le salut ? C'est là que saint Paul nous fait saisir toute l'ampleur salvifique du dessein de Dieu. Le Christ part de la vie pour aller jusqu'à la mort, c'est-à-dire que Jésus-Christ fait le même parcours qu'Adam. Adam était lié à Dieu dans le jardin d'Eden, il était au milieu de la vie de Dieu et le péché l'a conduit à la mort. Et le Fils de Dieu fait le même parcours. Il part de la vie, Il part du sein de Dieu pour, en s'incarnant, entrer dans cette création, pour être lié à cette création, aller jusqu'au bout c'est-à-dire jusqu'à la mort, pour que rien ne puisse échapper à sa capacité de sauver les hommes.

       Mais la différence entre le premier Adam et le nouvel Adam Jésus-Christ c'est que le Christ n'est pas séparé du Père en étant dans ce monde. Adam s'est détourné du regard du Père. Il a coupé la relation vitale d'avec Dieu tandis que Jésus-Christ va garder cette relation vitale avec son Père et garde en face de Lui, en regard de sa face, le regard du Père. Mais Il va jusqu'au bout de la mort c'est-à-dire jusqu'à l'absence de Dieu, puisque la mort c'est le vide, c'est l'absence de Dieu, pour pouvoir récupérer, pour pouvoir prendre avec Lui, dans un seul mouvement, du vide de la mort pour entraîner tout cela vers la vie, vers le Père. C'est pourquoi, en Christ, nous devenons véritablement des hommes nouveaux, nous devenons vraiment sauvés. Alors, ne cessons pas de nous laisser remplir de la puissance de la Résurrection.

       Il nous faut prendre conscience qu'effectivement il y a tout un dynamisme qui continue à se développer au cours des temps et dans l'espace, ce dynamisme c'est cette puissance du Christ venant se mettre jusqu'au bout de là où peut aller l'homme pour pouvoir effectivement le racheter, pour pouvoir entraîner avec Lui toute la création, mais en sens inverse de ce qu'avait fait le premier Adam. Ce dynamisme de la résurrection fait que Jésus-Christ est bien les "prémices de ceux qui se sont endormis" pour les réveiller à cette vie du Père. C'est pourquoi, comme le dit saint Paul à la fin "Il est Celui qui désormais remettra tout aux pieds du Seigneur" c'est-à-dire au sein même de la vie de Dieu pour que "Dieu soit tout en tous". Il nous faut croire à ce dynamisme qui, dans l'évangile que nous avons lu, n'existe pas pour ceux qui voient Jésus. Ils demandent des signes alors qu'ils ont vu la multiplication des pains. Puis ils demandent ce qu'ils doivent faire pour travailler aux œuvres de Dieu. Et Jésus leur dit : "Il faut croire" et ils reprennent : "Mais quel signe nous donnes-Tu ?" donc ils ne s'inscrivent pas dans cette force de Dieu qui, au désert, a nourri les Hébreux, qui les a nourris lors de la multiplication des pains et qui veut nous nourrir c'est-à-dire nous combler de sa vie tout entière pour que nous puissions aller puiser à l'arbre de vie du premier jardin. Avec ce temps de Pâques sachons vivre pleinement cette vie de Dieu qui nous est donnée en surabondance, sachons vivre ce passage de la mort à la vie et dans nos attitudes qui sont souvent mortifères c'est-à-dire qui nous séparent de Dieu, sachons retrouver ce dynamisme de la Résurrection qui nous fait être pleinement d'autres Christs et nous avancer vers la plénitude de la vie de Dieu pour que Dieu soit tout en tous.

        AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public