AU FIL DES HOMELIES

Photos

 LE PÈRE TIENT TOUT DANS SA MAIN

1 Co 15, 20-28 ; Jn 6, 24-35

(26 avril 2007)

Homélie du Frère Bernard MAITTE

Olympie : Balance

E

 

t Dieu sera tout en tous". Ce passage de la première épître aux Corinthiens au chapitre quinzième, est un des grands chapitres où saint Paul parle du fait même de la résurrection, de celle du Christ comme la nôtre et de tout ce qu'englobe la Résurrection. Dans ce passage on peut relever un trait assez caractéristique : les manières de parler de la Résurrection sont multiples, comme d'ailleurs de notre propre résurrection. Saint Paul emploie l'image du début et de la fin, de l'Alpha et de l'Omega, ou plus exactement du premier homme Adam et du Christ  le nouvel Adam. Il manifeste ainsi que le Christ, le nouvel Adam, ouvre à une création nouvelle, un monde nouveau, mais Il est lui-même l'achèvement de ce monde. Ainsi, en parlant en grec de sa Parousia, c'est-à-dire de son avènement, donne-t-il à méditer sur le fait que le Christ est au centre de cette venue, au centre de cet avènement.

        Lorsque nous réfléchissons à ce que nous appelons les fins dernières, les moments ultimes de ce monde et de cette vie, nous l'envisageons toujours comme quelque chose qui va être difficile à vivre. Il est vrai qu'avec un certain type de discours apocalyptique, qui marque la fin de ce monde comme une fin désastreuse et douloureuse, il ne pourrait en être autrement; Et quand on reporte cette fin à la nôtre, à savoir notre vie après cette mort, nous l'envisageons encore dans la crainte de savoir ce qu'il y a après et si finalement, il y aura enfer ou paradis.

        Ce que saint Paul nous invite à regarder aujourd'hui, ce n'est pas ce dualisme qui parcourt notre discours, comme notre pensée sur la résurrection elle-même, mais de recentrer tout sur le Christ  lui-même comme étant le point ultime de cet achèvement du monde.

        On peut le voir ainsi dans les mosaïques des basiliques romaines, ou encore sur les tympans des cathédrales du nord de la France tout particulièrement, où le Christ est présenté comme le Christ jugeant. Il est assis sur le trône, les anges pèsent les âmes, il y a ceux qui sont en bas dans les enfers, et les bénis du Père, les élus, en haut. Et l'on oublie aussi que souvent, dans les basiliques romaines, il y a la main du Père qui tient tout l'univers dans cette main, et qui montre ainsi ce que saint Paul essaie de nous faire saisir.

        D'une part, le Christ régnant c'est pour soumettre tous ceux qui doivent être auprès  de lui et saint Paul poursuit en disant qu'Il soumet même les morts. On n'a pas là un organigramme de séparation avec d'un côté les uns et de l'autre côté, les autres, mais le fait que le Christ donne sens à toute réalité et que tout s'ordonne autour de lui; aussi bien la mort mise sous ses pieds que les élus qui lui sont soumis.

        Saint Paul nous montre aussi une sorte de hiérarchisation puisque si tout est soumis au Christ c'est parce que lui-même est soumis au Père et qu'Il lui remet tout entre ses mains. La vision de la fin du monde, mais surtout de l'avènement glorieux du Christ dans son ultime résurrection dans la venue de la gloire, c'est tout un dynamisme qui recentre toutes choses sur le Christ qui lui-même regarde et est tenu dans la main du Père. Et Dieu sera tout en tous. Peut-être que nous voyons trop notre vie et notre monde avec tout ce qui le défigure, l'abîme et aussi le désagrège. Mais n'oublions pas que ce que dit saint Paul, cette Résurrection est déjà à l'œuvre dans notre vie, dans notre existence, et que même si nous ne le percevons pas, notre monde, lui aussi est en voie de vivre pleinement de cette Résurrection.

       Alors, Dieu sera tout en tous. Il nous reste simplement à discerner ce qu'il y a déjà du "tout", c'est-à-dire de Dieu, dans le "tous", c'est-à-dire dans chacun d'entre nous.

 

        AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public