AU FIL DES HOMELIES

Photos

UNE RÉSURRECTION "PHRÉATIQUE"

1 Co 15, 12-19 ; Jn 6, 16-24

Mardi de la troisième semaine après Pâques – C

(27 avril 2004)

Homélie du Frère Jean-François NOEL

 

C

et évangile d'avant la Résurrection a un goût d'après la Résurrection, on y retrouve le ri­vage, la mer, ce rapport entre la présence du Christ et la force qu'Il déploie pour calmer. De fait, cela pose le problème de l'événement historique de la Résurrection, un événement datable, il y a eu un avant et un après, mais tout ce qu'est le Christ, tout ce qui s'inspire, tout ce qui donne à voir, à penser à Lui, est déjà marqué à l'avance de ce fait-là, de cette Résur­rection. La Résurrection du matin de Pâques est un aboutissement, un couronnement, mais chacun de ses gestes auprès de ceux qu'Il a enseigné, guéri, est un geste qui appelle cette Résurrection. En quelque sorte cette Résurrection couvre toute la vie du Christ. L'événement est historique, et est en même temps, un événement qui signe tout ce qu'Il est.

Cela nous permet de comprendre la manière dont Dieu s'empare du temps sans le modifier. On peut se poser la question de savoir si Dieu savait à l'avance ce qui allait arriver pour les événements qui le concernaient, ou même ce qui nous concerne. Je ne crois pas qu'Il puisse savoir et prédire l'avenir. Par contre, Il sait à l'avance toutes les possibilités que cet événement va déclencher. Un exemple tout à fait mi­neur pourrait être donné en essayant de savoir ce qui se passe dans la tête d'un joueur d'échecs. Un joueur d'échecs c'est quelqu'un qui effectivement en un seul morceau de pièce peut prévoir toutes les combinai­sons que ce mouvement de cheval, de reine, etc, aura comme conséquences. Jésus sait quelles sont les conséquences de ce premier geste, toutes les possibi­lités de liberté sans en contraindre aucune sont possi­ble, et Il connaît toutes ces répercussions que ce pre­mier geste va déclencher. Quelque chose de définitif est écrit chaque fois qu'Il guérit, qu'Il sauve, qu'Il enseigne, qu'Il pardonne, et cet événement se cou­ronne dans la Résurrection et attend comme secrète­ment, s'établit dans nos vies comme les couches pro­fondes, ce que j'appelle la Résurrection "phréatique", comme une nappe au fond de nous qui fait bouger l'homme nouveau. Ce n'est pas parce que nous ne le voyons pas, ni en nous ni dans les autres que cela n'a pas lieu. Cela a lieu ! Le Christ nous demande sim­plement de lui faire confiance, c'est cela avoir la foi, pour que nous n'ayons pas l'air trop bêtes lorsque nous verrons l'homme nouveau dans l'autre et aussi en nous. Cet homme nouveau qui aura germé, qui aura poussé, et fera éclater en nous les dimensions trop étroites, trop mesquines, pas humaines, trop réduites, qui seront cette enveloppe charnelle, cette enveloppe terrestre et humaine, et qui auront besoin de grands espaces, de grandes lumières, de grandes relations, je dirais volontiers de grandes louanges.

Nous sommes à l'étroit, nous ne le savons pas, mais la foi nous permet de le deviner, de le pressentir et d'appeler de tout notre être à ce que notre corps tout entier trouve un jour sa véritable dimension. Et cette dimension, quelle est-elle ? Ce n'est pas que nous allons ressembler à je ne sais quel corps cosmique et couvrir les galaxies, mais c'est que notre corps, notre esprit, notre être dans son unité, découvrira les poten­tialités de relations avec les autres, et nos sens nous permettront de vivre tout cela. Il me semble que le royaume, c'est ce déploiement de toutes les relations humaines possibles et inimaginables que nous pour­rons avoir les uns avec les autres, sans aucune décep­tion, sans aucune inhibition, sans aucun jugement. Nous vivrons les uns avec les autres en contempo­rains, nous vivrons avec les autres de l'humanité en­tière. Chaque relation humaine sera une aventure to­tale.

Que cette promesse qui nous est faite, cette page définitive qui a été écrite contre la mort et dont nous ne mesurons pas toujours tous les effets, mais dont il nous est demandé d'y croire comme à l'avance, d'anticiper, tel le joueur d'échecs, les effets définitifs que cette Résurrection opérera sur nous et sur le monde, et que cela nous permette d'avancer dès maintenant en enfants de lumière.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public