AU FIL DES HOMELIES

Photos

 LA TRIPLE DIMENSION DU CORPS DU CHRIST

1 Co 15, 21-28 ; Jn 6, 48-59

(28 avril 1982)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Saint Jean de Malte : fontaine baptismale

J

 

e voudrais quelques instants méditer avec vous sur la triple dimension du corps du Christ. Le corps du Christ, c'est d'abord son corps personnel, physique, ce corps qu'Il a reçu de la chair même de la vierge Marie, ce corps qui a vécu, comme chacun d'entre nous sur la terre, ce corps qui a souffert, qui a été crucifié, qui est mort, a été enseveli et qui est ressuscité. C'est le fondement de toute notre foi, de toute notre espérance. Ce corps du Christ qui vit à jamais, sur Lui repose tout l'édifice de notre foi.

Il y a une deuxième dimension du corps du Christ et il s'agit du même corps. C'est son corps eucharistique, ce corps qu'Il nous donne à manger car il est vraiment une nourriture. Car son sang est vraiment une boisson. Ce corps qui nous est donné sous l'apparence du pain, sous l'apparence du vin et qui est, sous une autre manière, dans une autre présentation, le même corps que celui que Jésus a reçu de la vierge Marie, le même corps qui a été crucifié, qui est mort, le même corps du Christ ressuscité qui est aujourd'hui vivant. Quand nous ouvrons notre main pour recevoir ce morceau de pain, c'est le corps vivant du Christ ressuscité qui nous est donné, c'est ce corps que nous mangeons car ce corps est vraiment une nourriture et "Celui qui mange ma chair vivra !", vivra par moi. Nous vivons de la vie même du Christ ressuscité. Et c'est ici que le mystère s'accomplit dans la troisième dimension du corps du Christ.

Cette troisième dimension du corps du Christ est l'Église. Nous sommes le corps du Christ. Nous sommes les uns et les autres membres d'un même corps, nous sommes plus exactement le corps du Christ qui se construit, car précisément, par cette eucharistie, qui nous fait manger le corps de Jésus, qui nous fait assimiler ce corps du Christ, comme on assimile une nourriture, ou plus exactement qui nous assimile au corps du Christ, car ce n'est pas le corps du Christ qui est changé en notre chair mais c'est notre chair qui est changée au corps du Christ, nous devenons, chacun et tous ensemble le corps de Jésus. Et c'est pourquoi, cette eucharistie qui nous transmet la chair du Christ ressuscité est la semence de notre propre résurrection. Le corps mystique du Christ, le corps ecclésial du Christ, le corps du Christ récapitulant la totalité de l'humanité, la totalité de l'univers, ce corps se construit d'eucharistie en eucharistie au fond de notre propre chair, pour que, comme le dit saint Paul, au dernier jour, nous ressuscitions. "Ceux qui sont du Christ ressusciteront avec Lui," pour ne faire plus qu'un seul avec Lui, pour n'être plus mystérieusement qu'un seul corps, membres les uns des autres, membres de l'Unique qui est la tête du corps, et dont le corps tout entier reçoit la vie, par toutes les jointures, toutes les articulations comme le dit encore ailleurs saint Paul.

Alors, c'est le même mystère, ce même mystère qui a commencé à l'Incarnation quand Jésus a pris chair sur notre terre, ce même mystère qui a, en quelque sorte, basculé dans la gloire au moment de la Pâque, ce même mystère qui se démultiplie en nous par l'eucharistie et qui nous rassemble, qui nous réunira pour ne faire plus qu'un dans l'éternité, où nous serons tous devenus corps du Christ, membres du corps du Christ.

Que ce temps de Pâques où nous vivons les prémices de la béatitude, soit pour nous un temps eucharistique, c'est-à-dire un temps où véritablement, nous laissons le Christ édifier en nous sa propre résurrection pour que, dès maintenant, nous en vivions afin que prolifère en nous cette résurrection jusqu'à ce que tout notre être en soit envahi et à son tour, comme Jésus, dans sa Pâque, nous fasse basculer dans la gloire et dans la vie éternelle.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public