AU FIL DES HOMELIES

Photos

 LES PRÉMICES DE LA RÉSURRECTION

1 Co 15, 35-44 ; Jn 6, 35-47

(24 avril 1996)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

Corinthe : Boutiques

N

 

ous avons entendu tout à l'heure la suite du chapitre quinzième de la première épître aux Corinthiens dont nous avions lu les paragraphes précédents dans les jours qui viennent de s'écouler. Le passage que nous avons lu est assez délicat à interpréter. Jésus dit que chaque être a sa propre chair. Autre la chair des oiseaux que celle des poissons, celle des poissons et celle des étoiles, celle des hommes que celle des étoiles. Il y a donc une réalité matérielle, charnelle pour chacun d'entre nous, dont saint Paul affirme avec force l'existence et la spécificité. Nous ne ressusciterons pas avec un corps anonyme, universel, "prêt-à-porter" Nous ressusciterons chacun avec notre corps sur mesure. Cela ne veut pas dire, précise saint Paul, que ce corps sera dans le même état que celui où il est aujourd'hui. "Insensé, dit-il, quand tu sèmes une graine, c'est un petit grain tout nu que tu sèmes en terre et il pousse une plante." Il aurait pu prendre aussi l'exemple de la chenille et du papillon. Il y a pour une même chair plusieurs états possibles. Autre l'état fragile, vulnérable, corruptible de notre chair telle qu'elle est aujourd'hui dans sa soumission aux maladies, aux faiblesses, à la mort, et l'état de gloire dans lequel cette chair, cette même chair, la nôtre, pas celle d'un autre, sera par la Résurrection.

       Pour préciser encore, saint Paul dit qu'on naît avec un corps psychique pour ressusciter avec un corps spirituel. Nous employons ces deux mots, psychique et spirituel, avec des sens différents de ceux que leur donne Saint Paul. Un corps psychique, cela évoque pour nous un corps astral ou je ne sais quelle faribole qu'on nous rapporte dans quelque anthroposophie. Un corps spirituel, c'est encore pire ! C'est un ectoplasme, une sorte de fantôme. Or, précisément, quand Jésus est apparu à ses disciples, Il leur a dit : "Je ne suis pas un fantôme, un esprit qui prendrait l'apparence d'un corps. Donnez-moi quelque chose à manger. Touchez-moi. Vous verrez que j'ai des os et une chair." Corps psychique renvoie à la psyché. C'est un corps animé par une âme humaine, créée. Un corps psychique, c'est un corps qui est dans son état naturel, dans l'état qu'il a dans ce monde. Un corps psychique, c'est un corps qui est vivifié par la force vitale que les grecs appelaient la psyché. Ce n'est donc pas un corps évanescent, mais un corps dirigé par une âme humaine.

       Saint Paul oppose au corps psychique le corps spirituel, c'est-à-dire un corps qui n'est plus seulement animé par un principe de vie à hauteur d'homme mais qui est animé par l'Esprit Saint de Dieu. Cela veut dire que c'est Dieu Lui-même qui prendra en charge notre être tout entier, y compris notre corps, pour que notre psychologique et notre physiologique, notre âme et notre corps, ne vivent plus simplement au niveau de notre nature humaine, mais soient introduits dans un niveau infiniment supérieur, qui est le niveau de la vie même de Dieu, cette vie que le souffle vital de Dieu introduira en notre âme et notre corps. Un corps psychique et un corps spirituel sont donc tous les deux bien charnels. La différence vient du principe d'animation qui prend en charge ce corps. Alors que pour l'instant nous ne vivons qu'à hauteur d'homme, à hauteur de notre psychologie, nous vivrons un jour à hauteur divine. C'est cela la gloire. Nous vivrons sous un corps divin. Dieu partagera avec nous sa manière de vivre. Il nous entraînera, nous haussera jusqu'à son propre niveau et c'est l'Esprit qui nous fera vivre.

       Tout cela n'est pas tellement éloigné de ce que Jésus nous dit dans l'évangile quand Il nous parle du Pain vivant qu'Il est Lui-même, que nous devons manger. Il dit par trois fois que celui qui mange ce Pain, Il le ressuscitera au dernier jour. Le principe de la Résurrection, c'est d'être nourri, comme nous le sommes à l'eucharistie, par le corps de Jésus, par ce pain qui est son corps. En mettant son corps dans notre corps, Jésus unit son Esprit à notre esprit, ensemence notre être par son Esprit. Il prépare, ébauche en nous cette résurrection où l'Esprit Saint, l'Esprit de Dieu, l'Esprit de Jésus nous prendra tout entier en charge. Autrement dit, l'eucharistie, en nous unissant au Christ, fait que de même que notre corps se nourrit du corps et du sang du Christ, de même notre âme se nourrit de l'Esprit Saint.

       Une forme nouvelle de vie commence petit à petit à naître, s'ébaucher au fond de nous-mêmes, qui s'épanouira au moment de la résurrection, où tout en nous sera alors spirituel, c'est-à-dire animé par l'Esprit de Dieu, divinisé. La résurrection, c'est donc l'épanouissement divin de notre être. Cet épanouissement qui se manifestera dans la gloire se prépare jour après jour par le contact corporel et spirituel avec le Christ, avec l'Esprit du Christ, contact que l'eucharistie est le moyen par excellence de réaliser. Alors, frères et sœurs, que cette commu­nion eucharistique qui va faire venir le corps du Christ dans notre chair, l'Esprit du Christ dans notre esprit, soit en nous le germe d'une vie nouvelle, le commencement, la préparation de notre vie éternelle.

       AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public