AU FIL DES HOMELIES

Photos

RAMASSEZ LES RESTES

1 Co 15, 20-28 ; Jn 6, 24-35

Mercredi de la troisième semaine du temps pascal – C

(16 avril 1986)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

 

V

ous avez peut-être remarqué qu'à la fin du récit de la multiplication des pains, telle que Jean nous l'a rapportée, il est question d'un détail, celui de ramasser le pain. Mais alors que dans les autres évangiles le fait de ramasser le pain qui reste correspond au désir de manifester la grande abondance avec laquelle a nourri la foule, montrant ainsi la grandeur du miracle, il semble que Jean ait voulu insister davantage sur la signification de ce geste puisque, dans son évangile, c'est Jésus Lui-même qui demande de rassembler les morceaux qui restent. "Rassemblez les morceaux en surplus, afin que rien ne soit perdu !" Ainsi ce geste de rassembler les restes est un ordre du Seigneur et lorsque cet ordre est accompli, il reste "douze couffins" c'est-à-dire vraisemblablement les douze corbeilles qui corres­pondent à chacun des apôtres. Par conséquent, il y aurait là, de la part de l'évangéliste, une sorte de signe d'un lien profond entre le ministère des apôtres, le ministère de Jésus et le signe eucharistique.

C'est que le pain a été donné pour le rassemblement des enfants de Dieu, le pain a été donné pour que tous soient autour de Jésus, qu'ils soient rassemblés et non pas dispersés. Et dans cette œuvre de rassemblement, d'unité, les apôtres ont ce rôle spécifique de garder les corbeilles pleines pour que le peuple continue à manger le pain et à être rassemblé autour de son Seigneur. C'est ainsi que, dans un texte très ancien, l'eucharistie est expliquée comme ce qui reste dans les corbeilles des douze apôtres après la multiplication des pains, comme si, et le signe est très beau, l'eucharistie était le fruit de la surabondance de la vie, du pain que Dieu donne.

Mais, et c'est le sens de la prédication de Jé­sus quand comme nous venons de le lire, les foules se rassemblent autour de Lui à Capharnaüm, dans le simple fait qu'elles le suivent et se rassemblent autour de Lui, il y a déjà l'efficacité manifestée du miracle qu'Il a posé la veille. Ce pain était donné pour ras­sembler le peuple, et voici que lorsque le peuple ne trouve plus Jésus, il se met à sa poursuite pour se ras­sembler une nouvelle fois dans ce bâtiment qu'on appelle la synagogue, le lieu du rassemblement à Ca­pharnaüm. Mais surtout Jésus veut montrer le signe et le sens du rassemblement et je crois que c'est là tout le sens du discours sur la manne.

Lorsque les juifs réclament de Jésus en signe en disant : "Nous avons déjà vu un miracle analogue qui est celui de la manne au désert", le Christ précise la signification propre du pain qu'Il veut donner. La manne que les hébreux avaient reçue au désert n'avait pas empêché ceux-ci de mourir. La manne, qui était pourtant un pain qui descendait du ciel, n'avait pas permis le véritable rassemblement du peuple de Dieu, tandis que le Christ manifeste à ce moment-là qu'Il est infiniment plus que la manne parce que, s'Il est Lui-même "le pain véritable descendu du ciel" c'est parce qu'Il accomplit véritablement l'office que doit accom­plir tout pain et toute nourriture qui vient vraiment de Dieu, c'est-à-dire d'abord un office de rassemblement (si on prend le corps et le sang du Christ, c'est dans l'unité de la communion de l'Église), et d'autre part, ce rassemblement, il est fait pour durer éternellement.

C'est pour cela qu'à ce moment-là, l'œuvre de la mort qui est une œuvre de dispersion, ne peut pas s'exercer ni dans le corps des disciples, ni dans le corps de l'Église, mais le Christ manifeste qu'Il est venu engranger, rassembler pour la vie éternelle. C'est la racine de ce que nous appelons la dimension eschatologique de l'eucharistie : chaque fois que nous célébrons l'eucharistie "nous proclamons la mort du Seigneur jusqu'à ce qu'Il vienne", c'est-à-dire qu'Il vienne comme le moissonneur pour engranger la moisson, pour rassembler tout son peuple auprès de Lui, auprès du Père, dans son Royaume.

Tel est le sens de la manne qui descend du ciel et que, maintenant, nous recevons, le corps et le sang de Jésus-Christ qui nous rassemble ici maintenant, mais qui est fait pour nous rassembler définitivement dans le Royaume de Dieu.

 

AMEN

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public