AU FIL DES HOMELIES

Photos

CELUI QUI MANGE MA CHAIR

2 Co 4, 8-14 ; Jn 6, 51+60-69

Samedi de la troisième semaine de Pâques – B

(20 avril 1991)

Homélie du Frère Jean-Philippe REVEL

 

M

arie-Laure, Anne, frères et sœurs, nous venons d'entendre la fin d'un dialogue de Jésus avec la foule qui a fait suite à la multiplication des pains. Ce miracle avait émerveillé les foules qui suivaient Jésus. Or Il leur avait dit : le pain que Je vous ai donné n'est que le pain du corps, mais je vous donnerai un pain pour nourrir votre cœur, votre âme et votre être tout entier. Et ce pain, c'est Moi-même, Jésus. "Je suis le pain Vivant". Puis Il avait précisé : "le pain que Je vous donnerai, c'est Ma chair pour la vie du monde." Et Il a insisté : "Ce­lui qui mange Ma chair et boit mon sang demeure en Moi et Moi en lui." Alors nous, nous comprenons. Il s'agit de l'eucharistie, il s'agit de ce sacrement dans lequel le pain va devenir le corps du Christ, le vin va devenir le sang du Christ et nous pourrons manger ce pain et boire ce vin comme Marie-Laure va le faire tout à l'heure pour la première fois, comme nous l'avons déjà fait si souvent ensemble, comme nous le faisons chaque jour à la messe.

Mais, au moment où Jésus parlait aux foules, Il ne leur avait pas encore expliqué qu'Il leur donne­rait son corps sous la forme du pain, et son sang sous la forme du vin. "Il faut manger ma chair, il faut boire mon sang" avait-Il dit seulement. Alors on comprend que les gens qui écoutaient ont dit : "Ces paroles sont trop dures. Comment pouvons-nous les supporter ?" Est-ce que nous allons nous mettre à boire le sang ? à manger la chair de Jésus ? Ceci était incompréhensible pour eux, ils étaient horrifiés par ces paroles de Jésus et c'est pourquoi un certain nom­bre de disciples ont quitté Jésus et ils sont partis.

Alors, Jésus aurait pu expliquer. Il le fera plus tard. Il expliquera en détail en disant à ses apô­tres : "Voici le pain, prenez-le et mangez, c'est Mon corps !" Je vous donne mon corps sous la forme du pain pour que vous puissiez manger mon corps, pour que vous puissiez vous nourrir de mon corps, pour que votre corps puisse être rempli de la présence de mon corps. Mais à ce moment-là, Jésus ne s'est pas expliqué. Il a laissé partir les disciples qui ne vou­laient pas l'écouter. Et Il a même dit aux douze apô­tres : "Est-ce que vous voulez partir, vous aussi ?"

Pourquoi Jésus a-t-Il fait cela ? Parce qu'Il voulait faire comprendre ce qu'était la foi. La foi ce n'est pas avoir des explications, ce n'est pas dire : Ah, j'ai compris, cela se passe ainsi ! La foi, c'est regarder Jésus et comprendre que Jésus nous aime tellement que ses paroles sont des paroles de vie, des paroles certaines. Ce n'est pas parce qu'on a des preuves, des explications, mais c'est parce que Jésus nous parle et que nous savons que Jésus nous aime et ne peut pas nous tromper. Jésus ne peut pas nous dire des choses invraisemblables, des choses impossibles. Les paroles de Jésus sont des paroles d'amour, sont des paroles de vie. Et si Jésus nous dit : "Il faut manger ma chair" ce n'est pas parce qu'Il veut que nous devenions des anthropophages, si Jésus nous dit : "Il faut boire mon sang" ce n'est pas parce qu'Il veut que nous soyons des vampires. Jésus nous dit cela parce qu'Il nous aime tellement qu'Il veut que nous lui soyons unis au plus profond de nous-même, par sa chair, par son sang. Il veut que le désir de communier avec Lui puisse aller jusqu'au bout. Bien entendu, Il saura trou­ver le moyen de rendre ce repas supportable. C'est pour cela qu'Il prendra du pain pour que ce pain soit sa chair, Il prendra du vin pour que ce vin soit son sang, pour que nous puissions manger et boire sans que cela soit impossible.

Mais Jésus veut que nous comprenions que ses paroles ne sont pas des paroles difficiles, ne sont pas des paroles violentes qui nous brutalisent. Ses paroles sont des paroles d'amour. Il veut que nous croyons en Lui parce que nous savons qu'Il nous aime. Et c'est pour cela que la réponse de Pierre est très importante. A la question de Jésus : "Voulez-vous partir vous aussi ?" Pierre a répondu : "A qui pour­rions-nous bien aller ? C'est Toi qui as les paroles de la vie éternelle !" Les paroles que Tu nous dis sont des paroles vivantes, des paroles qui nourrissent notre cœur. Nous croyons en Toi parce que nous savons que Tu es la vie, nous savons que Tu es Dieu, nous savons que Tu nous aimes, nous savons que nous pouvons avoir confiance en Toi. Pierre ne comprenait rien, lui non plus. Il ne savait pas que Jésus prendrait du pain pour que ce pain soit son corps. Il ne savait pas que Jésus prendrait du vin pour que ce vin soit son sang. Pierre n'avait pas eu de révélation spéciale, il était comme les autres, il n'en savait pas plus. Seulement il y avait une chose que Pierre savait. Pierre savait que Jésus était son ami, qu'il pouvait avoir confiance en Lui, que Jésus l'aimait assez pour le conduire à quel­que chose qui le remplirait de bonheur. Pierre avait confiance en Jésus. Et même s'il ne comprenait pas tout, il croyait en Jésus parce qu'il savait que Jésus était digne de confiance.

Nous ne pouvons pas toujours tout comprendre parce que dans la vie il y a des choses mystérieuses. Il n'y a pas que Dieu qui est mystérieux, il n'y a pas que le pain de l'eucharistie qui est mysté­rieux. Il y a notre propre cœur qui est mystérieux et le cœur de notre maman, de notre papa, le cœur de ceux qui nous aimerons est toujours un mystère. Le cœur de quelqu'un d'autre est toujours un mystère Toute la vie est remplie de mystères. Pourquoi sommes-nous là ? Pourquoi nous pouvons vivre ? Quel est le sens de notre vie ? A quoi cela sert d'être sur la terre ? Tout cela c'est des choses très profondes, très mystérieuses. Nous n'arriverons jamais au bout de ces mystères-là. Et bien il faut que nous acceptions d'entrer petit à petit à l'intérieur de ces mystères en nous laissant conduire par Jésus, parce que Jésus nous aime et que nous avons confiance en Lui. Nous ne pouvons pas avoir des preuves de tout. Il y a trop de choses pro­fondes pour que tout puisse s'expliquer, mais il faut savoir que Dieu nous aime assez pour nous prendre par la main et nous faire comprendre le contenu pro­fond des mystères, petit à petit.

C'est cela la foi. La foi c'est ce que saint Pierre a répondu à Jésus : Nous savons que Tu as les paroles de la vie éternelle. Nous avons confiance en Toi. Nous savons que Tu nous aimes. Alors nous Te suivons. Nous ne pouvons pas aller avec quelqu'un d'autre parce que nous ne connaissons personne qui nous aime comme Tu nous aimes. Alors nous Te sui­vons, nous marchons avec Toi et nous savons que ce que nous ne comprenons pas encore s'éclairera petit à petit dans notre cœur avec la lumière que Tu nous donneras.

Marie-Laure, frères et sœurs, Anne, je pense que tous, en suivant Jésus, nous arriverons ainsi à entrer plus profondément dans tous les mystères et à découvrir, grâce à la lumière de Dieu, le sens profond de notre vie et de tout ce qui nous entoure.

 

 

AMEN

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public