AU FIL DES HOMELIES

Photos

 NOUS SOMMES LE CORPS DU CHRIST

1 Co 15, 35-44 ; Jn 6, 35-47

(8 mai 1992)

Homélie du Frère Michel MORIN

Fruits de la terre

V

 

oici un bref extrait de l'œuvre de saint Irénée, évêque de Lyon pour nous aider à approfondir notre méditation sur l'eucharistie, la vie éternelle, la résurrection de la chair, selon l'enseignement de Jésus dans l'évangile de Jean et le passage de la première épître aux Corinthiens que nous avons entendu. Saint Irénée écrit : "Parce que nous sommes les membres du Christ, ce que nous sommes est ce que nous sommes nourris par la Création, cette création qu'Il nous donne Lui-même. Il a confirmé que la coupe qui provient de la création était son sang par lequel se fortifie notre sang. Il a confirmé que le pain qui provient de la création était son corps par lequel Il fortifie notre corps. Si la coupe qui a été mélangée et si le pain qui a été fait reçoivent le Verbe de Dieu et deviennent l'eucharistie du corps et du sang du Christ qui fortifie et affermit notre substance, comment peut-on dire que la chair est incapable de recevoir le don de Dieu qui est la vie éternelle, alors quelle est nourrie par le sang et le corps du Christ ? le bois de la Vigne, après avoir été couché sur le sol, porte du fruit en son temps. Le grain de blé tombé en terre et dissous, ressurgit multiplié par l'Esprit de Dieu qui contient tout. Ensuite, grâce au savoir des hommes  ils servent à leur usage et en recevant le Verbe de Dieu, ils deviennent l'eucharistie, à savoir le corps et le sang du Christ."

       Vous l'avez remarqué peut-être, c'est ce texte de saint Irénée qui a directement inspiré la formulation habituelle de l'offrande du pain et du vin "tirés de la terre", (il est dit ici de la création) "et du travail de l'homme" (il est dit ici "du savoir des hommes.") Ceci me fait vous partager cette simple remarque. Nous devons avoir, par rapport à la chair humaine, au corps de l'homme, le même regard de foi que nous posons sur le pain et le vin de l'eucharistie. Lorsque vous communiez, vous dites : "Amen !" Cela signifie : Je crois au salut ! C'est d'accord ! Je reconnais la présence substantielle, substantielle, du corps et du sang du Christ. substantielle et non pas spirituelle ou abstraite. Et c'est ce corps que nous recevons dans notre chair substantielle, pas dans notre esprit ou dans notre imaginaire ou dans notre abstraction.

        Et de même que, face au corps et au sang du Christ, notre Amen est une adhésion qui accomplit en nous ce mystère, de même nous avons dans cette logique-là de l'Incarnation et de l'eucharistie, à nous recevoir comme devenant le corps du Christ puisque son sang substantiel se mélange à notre sang substantiel, et de même pour son corps à notre corps. Nous devons apprendre à avoir un regard eucharistique sur ce que nous sommes les uns et les autres, à commencer par nous-même. C'est parfois un devoir beaucoup plus difficile. Ce regard eucharistique fait partie de notre foi, il fait partie du mystère que nous célébrons car si nous ne devenons pas ce que nous célébrons c'est que nous sommes absents de ce mystère. C'est ce que dit saint Augustin: "Devenez ce que vous recevez !" mais encore faut-il le reconnaître et y adhérer. Et nous avons chacun, vis-à-vis de nous-même et vis-à-vis des autres membres d'un même corps, à prononcer un Amen, à prononcer un "Je crois !", à prononcer une adhésion comme quoi ce que nous sommes et ce que sont les autres forment le corps du Christ. Et devant le corps du Christ, il nous est demandé de dire "Amen !" Voilà !

       D'ailleurs, il y aura un Amen final, un Amen récapitulatif de toute l'extension du mystère eucharistique, à partir de la Pâque de Jésus et à partir de tout ce que nous en vivons quotidiennement, pour l'instant de façon plus douloureuse que glorieuse, mais la Pâque glorieuse viendra. Justement, quand elle viendra, à la fin des temps, quand le Christ récapitulera toute chose et tout être, Il présentera au Père, parce qu'Il est le prêtre unique et définitif, Il présentera au Père ce qu'Il appellera son corps. A la résurrection des corps, à la fin du monde, lorsqu'Il rassemblera tout en Lui-même parce qu'Il est tête et chef, Il présentera au Père son corps. Et son corps ce sera tout ce que nous sommes, tout ce que les hommes auront vécu, toute cette lente résurrection, toute cette lente méditation eucharistique en chaque homme. Cela deviendra le corps du Christ. Et à la fin des temps, lorsque l'humanité entière, régénérée, renouvelée, rendue parfaite par son eucharistie, parfaitement sauvée, parfaitement recréée, Il la présentera au Père et Il dira : "Père, le corps et le sang du Christ !" Et le Père dira "Amen !" le Père dira : "Je crois !" le Père dira : "Oui, c'est vrai ! " Cette humanité, parce qu'elle a reçu l'eucharistie de la Pâque du Christ, parce qu'elle a été régénérée substantiellement par son sang qui purifie et par son corps qui nourrit, est vraiment devenue le corps de mon Fils. Et nos Amen quotidiens, soit dans la célébration de l'eucharistie, soit dans notre existence devenant eucharistique, notre Amen par rapport à nous-même, par rapport au corps de l'Église est en train d'alimenter, de préparer l'Amen final et définitif par lequel le Père prononcera l'achèvement de la Pâque de Jésus dans tous les membres de notre humanité.

        C'est pourquoi ce mystère que nous célébrons chaque jour est à la fois extrêmement simple, voire peut-être banal, mais il est grandiose, il est extraordinaire parce que c'est déjà cet Amen final du Père devant l'Église qui est le corps du Christ, que nous prononçons nous-mêmes, que nous préparons nous-mêmes, que nous avons déjà en prémices quand nous communions au corps et au sang du Christ en disant Amen, quand notre Amen ne s'achève pas là et qu'il essaie de se poursuivre, de se murmurer dans la foi vis-à-vis de notre propre vie, vis-à-vis de la vie des autres, vis-à-vis de cette Église, de cette humanité qui devient le corps du Christ.

        Alors que cette eucharistie nous incarne plus profondément dans le mystère de la Pâque par l'Amen devant le corps du Christ que nous recevons et par cet Amen que nous avons à prononcer quotidiennement dans notre vie jusqu'au jour où le Père en prononcera un seul unique et définitif pour toute l'humanité.

        AMEN

 

 

 
Copyright © 2018 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public