AU FIL DES HOMELIES

Photos

 CORPS PSYCHIQUE ET CORPS SPIRITUEL

1 Co 15,35-44 ; Jn 6, 35-47

(22 avril 1994)

Homélie du Frère Michel MORIN

Athènes : animal mythique

D

 

ans le chapitre quinzième de la première épître aux Corinthiens, le contexte est clair, saint Paul explique aux chrétiens de Corinthe la foi en la résurrection de la chair, en la résurrection du corps, à la suite et dans l'énergie même (si ce n'est tout à fait en même temps) que la résurrection du Christ dans sa chair d'homme qui est identiquement la même que la nôtre. Plusieurs textes de cette semaine ont porté sur cette résurrection de la chair. Je voudrais simplement utiliser ce verset de saint Paul corps psychique et corps spirituel.

       "Il y a un corps psychique, il y a un corps spirituel." Saint Paul emploie le mot corps pour désigner des réalités humaines qui ne sont pas biologiques, qui ne sont pas charnelles, qui ne sont pas matérielles. Il emploie ce même mot corps pour désigner notre chair, cette chair terrestre qui vient de la terre et qui y retournera. Il utilise ce même mot pour désigner dans l'homme, dans l'être, dans la personne humaine, ce qui est psychique, cette entité psychique, cet organisme psychique, et ce qui est spirituel, cette entité spirituelle, cet organisme spirituel.

       Je crois que cette distinction est importante au plan pédagogique dans la foi, dans la vie chrétienne et spécialement sur notre vie spirituelle, sur notre "corps spirituel". Je prends le mot "corps psychique" au sens large du mot psychique, beaucoup plus grand dans son sens que la science psychologique, que les données médicales ou bio-médicales du psychisme sur lesquelles je ne suis absolument pas compétent. Je prends le mot corps psychique en ce sens où il peut désigner l'ensemble de la vie psychologique de l'être, ses humeurs, son affectivité, ses troubles, les modalités de son tempérament les traits de son caractère, la façon dont il gère, bien ou mal ses facultés, celles de son cœur, celles de sa raison, celle de son intelligence, bref j'emploie ce terme de façon assez globale.

        Le terme "corps spirituel" est à utiliser de fait pour ce qui est de la vie spirituelle, mais j'aimerais aussi l'employer pour désigner l'organisme vivant en nous de l'Esprit Saint. Spirituel, le corps de l'Esprit Saint ! L'expression est un petit peu osée, mais indique la présence réelle, dans notre vie, de l'Esprit Saint. Or c'est votre expérience quotidienne comme la mienne, car nul n'est indemne de ce genre de choses, nous avons beaucoup de peine à vivre notre vie spirituelle dans notre vie psychique. Nous avons beaucoup de peine à croire avec ce que nous vivons. Nous avons beaucoup de peine à distinguer sans jamais cependant les séparer ou les opposer, ce qui est spirituel, l'œuvre de l'Esprit en nous et ce qui est psychique, les turbulences, les va-et-vient, les troubles, les enthousiasmes ou les craintes, les peurs de notre vie psychique. Tant et si bien que souvent nous avons, si ce n'est la certitude, en tout cas l'impression que notre vie spirituelle ne vaut pas plus que notre vie psychique et que lorsque notre vie psychique est troublée, pour "x" raisons, nous avons l'impression que nous n'avons plus de vie spirituelle ou en tout cas que celle-ci est aussi troublée.

       Donc, nous ne savons plus à quel saint nous vouer. Nous avons donc de la peine à distinguer ce corps psychique et ce corps spirituel. Je dis bien à distinguer sans jamais les opposer, les mettre en contradiction ou en lutte puisqu'ils font partie intégrante de notre personne humaine avec notre corps biologique. Je crois que là, avec un certain esprit de finesse et une certaine audace dans la foi, il faut distinguer, dans la vie spirituelle, ce qui est l'œuvre de l'Esprit et ce qui est l'œuvre de la vie psychologique. Autrement on croit que, parce que ça va bien psychologiquement ça va bien spirituellement, ce qui n'est pas sûr et lorsque ça va mal psychologiquement, on a l'impression ou la certitude que, spirituellement, on ne vaut plus rien, ce qui n'est pas vrai. De fait, il est difficile de faire vivre ensemble ces deux réalités-là, mais l'Esprit Saint "se moque" à la limite, de notre vie psychique. L'Esprit Saint n'a qu'un seul but, c'est de nous faire vivre spirituellement de la foi, avec les moyens de la foi et dans la communion de la foi. Ceci c'est son œuvre, c'est l'œuvre de Dieu en nous, c'est l'œuvre de la re-création de notre être. Donc, que nous soyons en forme ou pas en forme, que nous ayons des troubles psychologiques, mauvais caractère, bon caractère, que nous soyons agressifs, que nous soyons gentils, tout cela ne concerne pas immédiatement la vie de l'Esprit Saint. Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut pas nous convertir dans notre vie psychique. De fait c'est un lieu de conversion comme le reste. Mais il faut faire attention à ne pas faire une osmose complète ou une ressemblance parfaite entre ces deux "corps" qui, bien que vivant ensemble et formant notre personne même, sont quand même un peu indépendants et vivent à l'intérieur de nous à un "niveau" (mais le terme n'est pas juste) différent l'un de l'autre.

        Au fond, c'est comme la mer, c'est une image qui suggère mais n'explique pas tout. La mer est quelquefois agitée en surface, parfois elle est calme, elle a des courants plus ou moins profonds, des courants froids, des courants chauds, elle a des tempêtes, elle est malléable en surface à cause des variations atmosphériques. La surface de la mer est un peu l'image de notre vie psychologique, ce n'est jamais tout à fait calme, il y a des moments de paix et de soleil puis des tempêtes. Cela c'est notre vie psychique, mais notre vie spirituelle, c'est le fond de la mer. Et le fond de la mer est toujours calme, quel que soit ce qui se passe en surface. Or l'Esprit Saint, notre corps spirituel, c'est le fond de notre vie, c'est le fond même de notre être. Notre vie psychique repose sur quelque chose de beaucoup plus solide, de beaucoup plus profond et d'absolument paisible qui est la vie de l'Esprit Saint en nous, qui n'est pas altérée par nos troubles ou nos variations psychologiques, Dieu merci !

       Je pense que nous avons une idée un peu mécanique de l'embryon et du moment où l'âme vient dans un embryon, dans un œuf humain. On dit et c'est à mon sens une explication pas assez précise, que lorsqu'il y a un embryon, Dieu se précipite pour y mettre une âme. Comme si parce qu'il y a un verre, on y met de l'eau. Je ne suis pas sûr que cela se passe ainsi Je dirais même, sans entrer dans la chronologie que, parce qu'il y a une âme, il y a un embryon. C'est-à-dire que l'embryon a comme fond l'âme. Et parce qu'il est humain, il a comme fond, d'abord l'âme et pas après. C'est le fait d'avoir un fond spirituel, un "corps spirituel" qui est don de Dieu et qu'on appelle l'âme, dans laquelle s'engouffrera la vie de l'Esprit Saint, c'est parce qu'il y a un fond spirituel que, sur ce fond spirituel, repose, prend fondation, prend sens et prend existence et le corps biologique et le corps psychique.

        Ceci est une image, une illustration pour nous redire que dans notre approche des choses spirituelles, il convient d'être prudent, de ne pas mélanger avec notre vie psychologique. Distinguons non pas pour séparer, bien entendu, non pas pour opposer, encore moins, mais pour mieux vivre l'un et l'autre, chacun avec ce qu'il est. Et laissons à l'Esprit Saint, laissons à ce fond de notre être, d'être vraiment le fond solide, certain, paisible, celui sur lequel notre être, quels que soient ses troubles, ses tempêtes, ses agitations, de toute façon, repose. Que ceci soit une sorte d'encouragement pour ne pas désespérer de notre vie spirituelle alors que nous désespérons de notre vie psychique. Et pour savoir que, quoi que nous vivions, quoi que nous ressentions, Dieu est plus profond que tout cela et là Il demeure, et là Il nous fait demeurer en Lui, et là Il nous attend, chaque jour.

       Donc, n'ayons pas peur de descendre à travers notre vie psychique sans la refuser, en l'acceptant, mais en allant au fond Et alors on trouve la vie spirituelle, et, en remontant des profondeurs cela nous aide à vire sur la surface de la mer, en étant heureux des moments paisibles et en ne désespérant pas des moments de tempête.

AMEN 

 

 

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public