AU FIL DES HOMELIES

Photos

L'EUCHARISTIE ET LE MYSTÈRE DU SALUT

1 Co 15, 35-44 ; Jn 6, 35-47

Vendredi de la troisième semaine de Pâques – A

(11 mai 1984)

Homélie du Frère Daniel BOURGEOIS

O

n a souvent fait remarquer qu'il était étrange de ne pas trouver chez saint Jean un récit de l'institution de l'eucharistie. Ce récit que nous proclamons tous les jours se trouve dans l'épître aux Corinthiens, chez Matthieu, Marc et Luc. Mais lorsque Jean décrit le dernier repas, il parle du lavement des pieds et ne dit rien de l'eucharistie. On peut le regretter. On ne sait pas si Jean aurait apporté à ce récit quelque note plus particulière de ses souvenirs ou de la manière dont il aurait saisi sur le moment le mystère même de l'eucharistie. Mais je crois qu'en réalité, nous avons mieux. Nous avons ce qu'on appelle le discours sur le pain de vie qui forme le chapitre sixième de l'évangile de Jean, discours très important car il se situe après un évènement qui est déjà une figure de l'eucharistie, la multiplication des pains et qui surtout j'allais dire, est le traité le plus complet sur le mystère de l'eucharistie.

Pourquoi ? Parce que saint Jean est absolument conscient de la place centrale du geste de la "fraction du pain" à l'intérieur de la vie de l'Église, et au lieu de rappeler simplement le geste que le Seigneur avait fait à la veille de sa mort, sans doute il considérait que ce geste était suffisamment établi dans la tradition des Églises de Dieu, en reprenant certaines paroles du Seigneur, il a expliqué la place de l'eucharistie dans le plan du salut. Car, si vous relisez attentivement tout le chapitre sixième de Saint Jean, vous verrez que c'est une méditation sur le mystère de l'eucharistie référé à tous les grands moments du mystère du Christ.

L'eucharistie et l'Incarnation : "Je suis le Pain vivant descendu du ciel !" L'eucharistie et l'union, dans le Christ, de la chair humaine à la divinité : "Qui mange ma chair et boit mon sang." L'eucharistie et la croix : "Il faut manger la chair du Fils de l'Homme" pour participer au sacrifice de la croix. L'eucharistie et la résurrection, ce que nous lisons aujourd'hui. L'eucharistie et la fin des temps : "Nul ne vient à Moi si mon Père ne l'attire !" - "Quand je serai élevé de terre, j'attirerai tout à Moi !"

Ainsi on peut dire que dans ce chapitre sixième de Saint Jean, il y a tout l'enseignement de la foi de l'Église primitive sur l'eucharistie et le mystère de la vie chrétienne. Au lieu de raconter simplement l'épisode même de l'institution supposé connu par ses lecteurs le geste de l'institution, saint Jean, met en rapport ce geste de l'eucharistie qu'il continue à faire dans l'Église au moment où il écrit son évangile, en leur disant : "Lorsque nous rompons le pain, nous faisons mémoire de tous les mystères du salut depuis l'Incarnation jusqu'à la fin des temps, la récapitulation de toute chose." Et même encore, on peut dire qu'il y a des références à l'histoire ancienne du salut puisqu'il est sans cesse question de la manne qui avait été donnée aux Pères par Moïse.

Si l'on a dans l'esprit cette clé de lecture du chapitre de saint Jean, on s'aperçoit que l'affirmation centrale, à travers tout ce discours de Jésus à Capharnaüm, c'est de montrer que l'eucharistie est en nous la source de la Résurrection et de la vie éternelle. Par trois fois, vous l'avez entendu aujourd'hui, le Christ dit : "Je le ressusciterai au dernier jour." Ce qui est important dans l'eucharistie c'est le fait qu'elle nous conduit au "dernier jour". Elle hâte le jour de la fin. C'est pour cela que nous recevons l'eucharistie et, quand nous chantons dans la Messe de Rangueil, juste après la consécration : "Que ce monde passe ! Que vienne ta grâce et Tu seras tout en tous !" c'est exactement le rapport qu'il y a entre l'eucharistie que nous célébrons aujourd'hui et la fin des temps qui est ainsi évoqué.

Nous, lorsque nous recevons le corps et le sang du Christ, nous commençons ce mouvement d'être attirés par le Père, vers le Christ, pour être élevés avec Lui, dans la gloire. L'eucharistie, c'est toujours le signe, l'inauguration de notre divinisation. Si nous recevons le Christ, c'est pour être changés véritablement en Lui, et non seulement dans une sorte de transmutation qui s'arrêterait là, maintenant, aujourd'hui, mais précisément en quelque chose qui nous pousse, qui nous entraîne dans le dynamisme même de la force de l'Esprit et dans la grâce du Christ, qui nous entraîne dans le mouvement même du Christ Ressuscité. Chaque fois que nous recevons le corps et le sang du Christ, nous entrons dans le mouvement même de la Résurrection. Petit à petit nous entrons dans la gloire, le Christ commence à nous ressusciter car c'est l'inauguration en nous du dernier jour.

Il faudrait que chaque fois que nous célébrons l'eucharistie soit attisé en nous ce désir profond de voir Dieu face à face. La plupart du temps, nous recevons l'eucharistie comme une réserve, comme une force sur le chemin. C'est vrai ! Mais il ne faudrait pas trop s'arrêter aux pas que nous faisons aujourd'hui. Il faudrait que l'eucharistie que nous recevons comme une force, un viatique, un moyen de marcher ici-bas, soit en même temps la manière dont cette eucharistie éclaire notre regard sur le but vers lequel nous marchons. L'eucharistie, c'est ce qui ouvre notre cœur à la fin des temps. Et c'est pour cela c'est d'un maniement dangereux. Ce n'est pas inoffensif. C'est quelque chose qui ouvre profondément notre cœur à la présence de Dieu, tel qu'Il nous récapitulera tous dans la chair de son Fils.

Il faudrait que nous recevions cette eucharistie avec plus de désir de voir enfin le visage de Dieu. Pour l'instant, Dieu ne nous est donné qu'en nourriture. Mais il faut qu'en recevant cette nourriture, ce soit notre désir de le voir et d'être pleinement avec Lui qui soit, pour ainsi dire, réchauffé et ranimé, pour qu'un jour s'accomplisse vraiment la parole de Dieu : "Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en Moi et Moi en lui ! Celui qui vient à Moi n'aura jamais faim ! Celui qui vient à Moi je le conduirai vers mon Père et je le ressusciterai au dernier jour !"

 

AMEN

 
Copyright © 2019 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public