" § 25 -  La fraternité ne doit jamais considérer la communauté paroissiale comme un espace d'activité pastorale qui lui serait confié comme à l'extérieur d'elle même, mais comme son milieu ecclésial, comme la cellule du peuple de Dieu dans laquelle et pour laquelle elle doit mener la vie monastique.

Cela implique que les frères n'assument pas l'apostolat pastoral de cette communauté comme une extériorisation active de ce qu'ils auraient auparavant contemplé à l'intérieur d'une vie canoniale délimitée par le cadre de ses observances régulières. La vocation monastique doit unifier en Dieu toute la vie des frères jusque dans leur apostolat qu'elle doit caractériser de part en part. La Règle fondamentale du monachisme apostolique exprimée par St Dominique : «Ne parler qu'à Dieu ou de Dieu», la fraternité l'interprète ainsi : continuer à ne parler qu'à Dieu même quand on parle de Lui. Comme une Catherine de Sienne en a donné l'exemple, elle qui a réalisé au plus haut point la vocation du monachisme apostolique sans même avoir de communauté régulière, les frères doivent, partout et à tout moment, du fond de la «cellule du cœur» où est gardée vivante leur présence à Dieu, contempler dans ceux qu'ils évangélisent le Dieu sauveur et miséricordieux dont ils ne sont eux-mêmes que des serviteurs inutiles, simples coopérateurs de sa grâce qui est déjà à l'œuvre dans les cœurs.

      § 26 - Les frères ont pour vocation d'être au cœur de la communauté d'Église dont ils ont reçu la charge pastorale, les ministres de cette communauté en présidant à sa célébration, à sa communion fraternelle et à son rayonnement évangélique. Ce ne sont pas les frères qui célèbrent la liturgie en y faisant participer les fidèles ou qui font de l'apostolat en s'associant des laïcs. C'est la communauté ecclésiale toute entière dont les frères sont, comme moines, les membres permanents et, en tant que prêtres, les présidents, qui célèbre la louange liturgique, qui annonce la Parole de Dieu, qui est appelée à l'unanimité des cœurs. La vocation de la fraternité est d'œuvrer à ce qui nous paraît comme une nécessité urgente de l'Église aujourd'hui : reconstituer, à la base le tissu humain profond des communautés chrétiennes - aujourd'hui souvent éclatées et dispersées - à partir du mystère de Dieu découvert, partagé et célébré ensemble. Si les frères, en devenant moines, veulent vivre plus radicalement les exigences de leur baptême, c'est pour que, avec eux et suscités par eux, tous les baptisés aillent, eux aussi, jusqu'au bout de leur baptême. Cette osmose entre la communauté monastique des frères et la communauté paroissiale est le but même et la raison d'être de l'existence de la fraternité.
       La finalité eschatologique de la fraternité n'est, en effet, qu'une anticipation de celle de tout le peuple chrétien. Car chaque baptisé est appelé à suivre non seulement les préceptes, mais au temps voulu par Dieu, les conseils évangéliques jusqu'à la mort qui, dans le Christ, les livre seuls à Dieu, dépouillés de tous les biens de ce monde et remettant leur liberté entre les mains de Dieu.

 
Copyright © 2017 Paroisse Saint Jean de Malte - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public